Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rachida dati

  • Un Charon bien mal embarqué…

    À certain Benjamin, on fit bien grand honneur
    Le choisissant, cet an, comme illustre chanteur.
    La gloire faisant chemin dès lors le bruit courra
    Qu'il serait le secret des soupirs de Carla

    Et s'étala soudain ce qu'on nomma rumeur
    Suscitant commentaires de nombreux chroniqueurs :
    Fut prétendu aussi que sur un tatami
    Le président français recevait une amie…

    Un accès de colère à nulle autre pareille,
    L'Élysée fit donner ses plus fines oreilles
    Pour vite dénicher l'auteur de ces ragots
    Et puis de le fixer au plus vite au poteau

    Charon de son index désignant la Mauresse,
    -Exilée à Strasbourg à son corps défendant-
    Fustigea vilenies et autre petitesses
    De l'ex-garde des sceaux et  ses trop longues dents

    La subtile arabesque ne se démonta pas
    Et en un tournemain ses dossiers rassembla
    Aux fins de rappeler au meilleur souvenir
    Ceux qui voulaient si tôt la voir ainsi périr

    C'est alors que l'on vit sur tous les fenestrons
    Dame de Sire pester face aux qu'en dira-t-on
    Jurer de ses grands dieux que c'était pour toujours
    Entre elle et Nicolas les vrais feux de l'amour

    Elle rappela à ceux qui veulent contester
    Qu'entre eux et Rachida, ce n'était qu'amitié
    Chaleur, fraternité, attachement, tendresse
    Que de bons sentiments pour ladite mauresse

    Qui pourrait en douter, maintenant que c'est dit
    Il reste qu'embarqué sur des flots incertains
    Le coupable Charon -aux dires de La Dati-
    Connaîtra la souffrance de douloureux matins…

  • Faignant

    pancrace.jpgAu hasard de périgrinations, sur les pages du ouèbe, ayant pour point de départ le combat de pancrace virtuel opposant d'une part Rachida Dati et Elisabeth Guigou d'autre part, mon œil a été irrésistiblement attiré par cette phrase : «Rachida Dati jouait donc une "parodie", mercredi, devant les jeunes UMP, faignant l'incompétence».
    Feignant de ne pas avoir compris ce que le rédacteur avait voulu écrire, j'ai, comme à mon habitude, consulté un dictionnaire.
    Et comme, surtout depuis février 2008, les mots ont un sens, j'ai recherché le sens du mot «faignant».
    La première occurrence proposait : «Faudra travailler. Et ce n'est pas un métier de faignant que j'assume (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905, p. 70»
    Bon, n'en voulons pas trop au claviste de service de la maison Les Mots ont un Sens...
    Mais quand même, imaginons Tranche-Montagne déclarer : «Faudra travailler ! Et ce n'est pas un métier de faignant que j'assume ! Et je peux vous le dire, Monsieur Joffrin, les mots on un sens ! »
    Non ?

  • Tous aux abris !

    En ces temps difficiles, où il est question de vouloir ficher (comme Freddy Lefebvre, monsieur-loyal de l'huemmepée) les délinquants notoires qui sévissent, dès l'âge de trois ans dans les maternelles dès que les instites -trop occupées à changer les couches des gosses qui leur sont abusivement confiés- ont le dos tourné, et éventuellement de foutre au trou les multirécidivistes dangereux dès leur douzième carat homologué, penchons nous un instant sur cet extrait d'un ouvrage paru récemment :
    51pjC0u2mOL._SL500_AA240_.jpg"Mais tout cela ne doit pas faire oublier que le taux d'homicide reste à peu près stable. En 1936, il était de 1,1 pour 100 000 habitants, en 1968 de 0,8, en 2000 de 0,7 comme au Royaume-Uni, contre 0,9 en Allemagne, 1,2 en Suède, 6,2 aux États-Unis, 10, 8 au Mexique, 28,4 en Russie, 60,8 en Colombie. Le sentiment de vide, religieux et idéologique, explique autant que la réalité objective le phénomène d'angoisse sociale qui a conduit, irrésistiblement, à la montée du sentiment d'insécurité".
    (Emmanuel Todd, Après la Démocratie,Gallimard 2008, p.214)

    Merdre ! Alors, comme ça, le frenchie standard (tout comme le rosbif ordinaire) a 9 fois moins de chance de se faire buter d'un coup de bastos dans le buffet qu'aux paradis étatsunien (vous savez, le pays de la tolérance-zéro), 40 fois moins de bol de se faire suriner que chez les cosaques, et 88 fois moins de se faire sauter le caisson qu'en douce Colombie, où notre très sainte Ingrid est revenue pourtant même pas morte.
    Si c'est pas un miracle, ça...
    Alors on comprend que Freddy Lefebvre, Histrioskozy, Hortefeux et Rachida en fassent des tonnes, parce que dans tout ça, en définitive, si on ne fait pas tout pour devancer les "Anglais", c'est vraiment qu'on veut se taper la honte.

  • Vive Rachida Dati !

    Rachida Dati, j'aime beaucoup, j'adore Rachida Dati ! Et pourquoi, me direz-vous ?
    Tout simplement parce qu'elle est exactement ce qu'on ne pouvait pas imaginer avant que Sarko arrive au pouvoir. Je veux dire, bien sûr, avant qu'il arrive à l'Elysée, parce que le pouvoir, ça fait déjà pas mal de temps qu'il en use, et même très largement.
    Bien. Donc l'hypomandibulique Rachida Dati est Garde des Sceaux, c'est à dire ministre de la Justice.
    A ce titre, le Croc à Phynances élyséen a demandé à la douce Rachida de procéder, Bâton à Merdre en main, à l'équarissage du système judiciaire français. Mission qu'elle remplit fort honorablement, en robes de Dior, et sacs d'Hermès.

    1814567553.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Comme il lui reste du temps libre, le Président de la République lui a demandé de se présenter aux élections municipales, dans une localité à risque, le VIIe arrondissement de Paris, bien connu notamment pour la grande précarité et les difficultés financières de la majorité de sa population.
    Elue au deuxième tour, du fait de l'étendue de l'adhésion populaire sucitée par sa candidature, Mme Dati se retrouve donc élue au conseil municipal de la ville de Paris, mission dont elle s'acquitte de façon ponctuelle, disciplinée et studieuse : impeccable ! La grande classe, quoi...