Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hortefeux

  • Un chiffon fond, fond…

    Des perdreaux passent dans la rue
    Ils voient au volant Belphégor
    Dont un chiffon bouche la vue
    Puis d'une amende la décorent
    Belphégor
    Hortefeux a tout entendu
    Le ministre parle haut et fort,
    Assène un argument massue
    Jusqu'à la nuit depuis l'aurore

    Le sarrazin, boucher barbu
    Serait polygame, et encore
    Il aurait fraudé tant et plus
    L'argent public, un vrai trésor

    Les bergères de l'individu
    Formeraient un vrai quatuor
    Amassant des aides indues
    Une fortune, sans effort

    Vers le mari Brice se rue
    Usant d'accents de matamore
    Pour lui ôter sans retenue
    De menus papiers tricolores

    L'Auvergnat marri et déçu
    S'agitant tel un sémaphore
    Apprend que le fier malotru
    Innocenté résiste encore

    Juste pour un malentendu
    On a tous vu ce matador
    Prendre une corne dans le nez
    Et s'envoyer dans le décor

    envoi

    Que n'avons-nous pas entendu
    On parle à travers et à tort
    C'est pour un excès de tissu
    Dont on veut limiter le port…

  • Regrets hors-sol

    photo_horssol.jpgC'est, à n'en pas douter, une avancée notable dans le domaine de la repentance, -il y a encore peu brocardée par le chef de l'état- le ministre de l'Intérieur apporte son plein soutien, ainsi que sa contribution, motu proprio, à la diffusion de la technique habile et gratuite des regrets hors-sol.
    Lynché par le monde de l'internet «qui ne se nourrit que de bruits de canivaux» et «d'images volées», tournées au moyen de «téléphones (insup)portables» «à l'insu des personnalités» injustement montrées du doigt, Brice Poniartefeux a donc pris le taureau par les cornes et allumé un contre-Towski afin d'éteindre l'incendie qui a déjà carbonisé une bonne partie de sa réputation d'homme le plus courtois, le plus policé et le plus mesuré de France.
    Il n'y a plus guère de monde, désormais, pour trouver dans la petite phrases d'Hortefeux un début de faisant-fonction-de-semblant-d'ersatz de soupçon d'allusion à caractère raciste.
    L'onction finale accordée par Arrêt sur Images et témoignant que ce que l'on a cru percevoir des images volées de téléphones portables, tournées à l'insu d'un homme sans reproches, rapportant des propos privés et interprétés hors contexte, nous rappelle que nous ne sommes tous, décidément, que des tanches et des mal-comprenants.
    Jusqu'à présent, on aura enregistré (à l'insu du ministre ?) que  personne n'a regretté qu'il se contente de ne pas présenter d'excuses.

  • Amateur

    vessie2.jpgpt33916.jpg

     

     

     

     

     

     

    Le site ouèbe du Frankfurtet Allgemeine Zeitung relate ainsi le chant d'honneur de Poniartefeux :
    «Rassismus-Vorwurf gegen Hortefeux
    mic. PARIS, 11. September. Frankreichs Innenminister Brice Hortefeux sieht sich seit Freitag mit Rücktrittsforderungen konfrontiert, nachdem eine Amateurvideoaufzeichnung mit vorgeblich rassistischen Äußerungen aufgetaucht ist.»
    «Amateurvideoaufzeichnung» signifie vidéo amateur.

    Hier soir, la présentatrice du journal de France 3 y était allée du même refrain, en parlant de vidéo «amateur». Pourtant, on sait, au moins depuis le 11 septembre dans l'après-midi, que cette vidéo provenait en fait d'une équipe de reportage de Public Sénat, dont le patron a jugé plus sage que ces images pas trop pieuses devaient être mises hors de la vue d'un public pas assez mûr pour comprendre les subtilités du locuteur pris en flagrant délit de dérapage.
    Il ne s'agit donc aucunement de vidéo amateur dans le cas du crash du sinistre de l'intérieur.
    Les rédactions se posent d'autres questions plus pertinentes, comme ça, par exemple.
    On voit le subtil glissement qui cherche à excuser l'escamotage du dérapage : si la direction de la rédaction considère que cela pose un problème (ici de lèse-copain du gars Kozy), on fait entendre que le son n'est pas de bonne qualité, c'est que le document n'est pas de qualité professionnelle. Que si ce n'est pas de qualité professionnelle, c'est donc que c'est d'un amateur. Et que si c'est un document amateur, c'est une vidéo «volée». Emballé, c'est pesé. Et avec ça, je vous mets quoi, madame Soufflot ?
    On en arrive même à cela . [passage audio, après "se justifie-t-il"]
    La journaliste demande à Hortefeux s'il compte porter plainte...
    Ça, on n'y avait pas pensé. Hortefeux non plus, apparemment.

  • Tous aux abris !

    En ces temps difficiles, où il est question de vouloir ficher (comme Freddy Lefebvre, monsieur-loyal de l'huemmepée) les délinquants notoires qui sévissent, dès l'âge de trois ans dans les maternelles dès que les instites -trop occupées à changer les couches des gosses qui leur sont abusivement confiés- ont le dos tourné, et éventuellement de foutre au trou les multirécidivistes dangereux dès leur douzième carat homologué, penchons nous un instant sur cet extrait d'un ouvrage paru récemment :
    51pjC0u2mOL._SL500_AA240_.jpg"Mais tout cela ne doit pas faire oublier que le taux d'homicide reste à peu près stable. En 1936, il était de 1,1 pour 100 000 habitants, en 1968 de 0,8, en 2000 de 0,7 comme au Royaume-Uni, contre 0,9 en Allemagne, 1,2 en Suède, 6,2 aux États-Unis, 10, 8 au Mexique, 28,4 en Russie, 60,8 en Colombie. Le sentiment de vide, religieux et idéologique, explique autant que la réalité objective le phénomène d'angoisse sociale qui a conduit, irrésistiblement, à la montée du sentiment d'insécurité".
    (Emmanuel Todd, Après la Démocratie,Gallimard 2008, p.214)

    Merdre ! Alors, comme ça, le frenchie standard (tout comme le rosbif ordinaire) a 9 fois moins de chance de se faire buter d'un coup de bastos dans le buffet qu'aux paradis étatsunien (vous savez, le pays de la tolérance-zéro), 40 fois moins de bol de se faire suriner que chez les cosaques, et 88 fois moins de se faire sauter le caisson qu'en douce Colombie, où notre très sainte Ingrid est revenue pourtant même pas morte.
    Si c'est pas un miracle, ça...
    Alors on comprend que Freddy Lefebvre, Histrioskozy, Hortefeux et Rachida en fassent des tonnes, parce que dans tout ça, en définitive, si on ne fait pas tout pour devancer les "Anglais", c'est vraiment qu'on veut se taper la honte.

  • Cosi fan tutte ?

    Carla l'engagée, mais pas vraiment enragée...
    Elle déclare que ses "réflexes épidermiques sont de gauche", tout en se disant "assez peu engagée politiquement" et résolue à voter pour son mari s'il se représentait en 2012.
    Elle dit aussi : «"Si j'étais libre d'y aller complètement [ au meeting contre les tests ADN, comme elle l'avait fait au Zénith le 14 octobre ], j'irais. Si je ne portais pas préjudice à la nouvelle situation". Et d'affirmer que cette "nouvelle situation" ne l'empêcherait pas d'y aller.
    Qu'on nous explique, SVP !
    Toutefois, l'épouse du président s'abstient de juger le ministre de l'Immigration Brice Hortefeux, précisant qu'elle l'"aime beaucoup" en tant que personne.
    Et, in fine, sur ce "dossier", elle n'"ose pas répondre à la bonne franquette. Ce n'est pas pour ne pas porter préjudice à mon mari, mais par peur d'être nulle".
    Rassure-toi, Carla, le mal est déjà fait...
    Il y a ça aussi : «elle a "toujours les mêmes convictions même si [elle est] une femme assez peu engagée politiquement", qu'elle n'a "jamais beaucoup voté" et n'est pas "une militante."
    Rappelons la définition du mot 'conviction' : Certitude de l'esprit fondée sur des preuves jugées suffisantes.
    Elle n'a jamais beaucoup voté en France, c'est sûr, elle n'a même jamais voté du tout, faute de papiers français en règle. Quant à sa participation aux élections italiennes, cela reste pour le moins très énigmatique...
    À la question de Libé : Vous organisez des dîners avec des artistes pour votre mari. Considérez-vous que cela fait partie de votre mission d’essayer de combler le fossé entre les milieux culturels et la droite? la prima grelucha répond :
    J’aimerais faire quelque chose, mais le fossé que vous évoquez entre la droite et la culture, c’est une pensée extrême. Il y a sans doute des gens extrêmement cultivés à droite et sans doute des ignorants à gauche. Je suis de ces derniers, ignorante !
    Une chose est sûre, elle doit ignorer ce que peut bien être la gauche...
    Il est une conviction qu'on ne peut guère nier à Carla, tout du moins dans un domaine relativement secondaire (pour nous par rapport à elle, mais semble-t-il fondamental pour elle-même) : «souvent femme varie».
    Résumons la situation : Carla Bruni, c'est de la daube! On n'aime pas ça, mais, suivant ses principes,  on en reprendra volontiers, «pour ne pas nuire à la situation»