Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frederic lefebvre

  • S.T.O.S.H.S.P.

    frederic-lefebvre-inutile-reduite.1239432501.jpg«Permettre à des salariés en arrêt-maladie de travailler».
    Cette géniale trouvaille ne pouvait que sortir du cerveau -parfaitement irrigué- de Frédéric Lefebvre, le fameux lieutenant des chevau-légers de la sarkozye galopante.
    Comme on le sait, les malades en arrêt de travail sont les victimes de la vivace survivance d'une tradition née du Front Populaire  et parvenue jusqu'à nous grâce à la complicité de régimes successifs ayant fait honteusement allégeance aux diktats socialo-communisses.
    La mission salvatrice et messianique de Frédéric Lefebvre est de débusquer, en réalité, les glandeurs de tout poil, en démasquant ces fraudeurs en les prenant à leur propre jeu. 
    À la question :
    «N'est-ce pas une remise en cause de l'arrêt-maladie ?» , Freddy a répondu prestement : «C'est un nouveau droit pour le salarié, déclenché uniquement à sa demande et si un certificat médical l'y autorise». Belle occasion de faire la chasse au médecins qui prescrivent abusivement des arrêts de travail. On se doute, évidemment, que ce n'est pas le même toubib qui établira un arrêt de travail et rédigera dans le même temps un certificat d'aptitude au boulot ! Il sera facile de demander des comptes à ceux-là qu'ont la fâcheuse manie de prodiguer des repos intempestifs à des tireurs au cul et à des parturientes imaginaires... Pour seul exemple, on citera celui de Mme Rachida Dati, on voit bien qu'une mise bas peut parfaitement être suivie d'une reprise rapide d'une activité professionnele intense.
    On aura compris, que sous couvert d'une demande d'activité rémunérée durant un congé maladie, des agents-vérificateurs de la Französische Soziale Sicherheit, se rendront prestement au domicile du quémandeur pour le sommer de fournir quelques menues éclaircissements  au sujet de son arrêt intempestif, avant sa garde à vue puis sa mise en examen pour escroquerie auprès des Assurances Sociales.
    On ne soulignera jamais assez le talent inventif de Frédéric Lefebvre, et sa contribution massive à l'explosion d'un ordre nouveau basé sur le volontariat. Aura-t-il l'audace de proposer un Service du Travail Obligatoire en Services Hospitaliers de Soins Palliatifs ?

  • Vers une réforme de l'internement psychiatrique

    camisole.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    les avancées psychothérapolitiques de Frédéric Lefebvre.
    Le Professeur Frédéric Lefebvre, chef du service de psychiatrie de la faculté de l'UMP à s'occuper de tous les désordres manifestés par les individus déviants sur la voie publique, sur les ondes ou par tous les canaux de communication connus à ce jour et également à venir, s'est donc penché sur le cas de Madame Ségolène Royale, dont le comportement frisant l'hystérie le ridicule, donne de plus en plus de signes d'inquiétude au gouvernement et aux responsables de l'UMP.
    M. Lefebvre n'a pas encore rendu publiques les dispositions thérapeutiques qu'il a envisagé de prendre au sujet de la patiente.
    «À ce stade, tout peut être envisagé» a confié le Professeur à l'AFP*, «de la camisole chimique à l'électrochoc, mais il semblerait qu'on s'achemine lentement vers une mesure d'internement prophylactique» qui aurait -selon l'éminent scientifique faisant autorité parmi ses pairs- l'avantage d'éviter la propagation de la maladie auprès des foules.
    Une inquiétude grandissante.
    D'ores et déjà, devant ce nouveau fait divers dramatique, le gouvernement  a décidé de prendre le taureau par les cornes afin de ne pas assister à une dégradation incontrôlable de la situation.
    «Je ne vous cache pas que suis, et le président de la République partage mon avis, très inquiet de l'état de santé de  cette meuf qui craint un max !
    Madame Royal» a ajouté l'homme de science. Pas pour elle, donc le cas et malheureusement désespéré- mais pour ses proches, qui ont été contaminés récemment. Des prélèvements seront faits sous peu auprès de M. Moscovici par des experts indépendants et neutres puisqu'ils opéraient autrefois dans les services sanitaires de l'ancienne Union Soviétique. Suivant les résultats, une opération de plus grande envergure serait envisagée : on susurre déjà le nom de Éric Besson, qui a l'avantage de connaître le cheptel les membres du parti socialiste, et dont le génie de la logistique devrait faire merveille afin de procéder  à l'incarcération, isolement et l'abattage au traitement des personnes concernées.

    * (Sous toutes réserves)

  • L'insulte faite au boubou

    jessica_boubou.jpgL'argument qui consiste, pour les membres de la majorité,  à effectuer des glissements en ce qui concerne les maladresses, pour ne pas dire certaines inures et insultes à l'attention de certains groupes ou personnalités mérite qu'on s'y attarde un peu.
    Prenons trois cas récents :
    - les excuses de Ségolène Royal au Peuple africain au sujet d'un passage du discours écrit par Henri Guaino et récité par Sarkozy à Dakar.
    - le boubou bleu porté par Ségolène Royal qui inspiré «royalement» une obscure personnalité UMP , l'amenant à une  comparaison hardie entre la présidente de la région Poitou-Charentes et sa femme de ménage.
    - les excuses de la même Ségolène Royal au sujet de la phrase réellement prononcée par le président français, s'adressant à l'Élysée à un aréopage de députés, et en particulier à Henri Emmanuelli, concernant l'intelligence de Zapatero.
    Dans les trois cas de figure, la même personne est au sujet du buzz : Ségolène Royal.
    Dans les occurrences première et troisième, on s'aperçoit facilement que ce sont les réactions de l'ex-finaliste des présidentielles 2007 qui sont lourdement brocardées par les thuriféraires élyséens.
    En revanche, dans le cas n°2, l'attaque porte sur un jugement de valeur et une comparaison peu amène faisant un amalgame entre l'aspect vestimentaire des femmes d'Afrique Noire, les femmes de ménage, et la «Bécassine» aux yeux de l'intelligence suprême UMP.
    Dans le tout premier cas, il y avait réellement un propos insultant envers les peuples africains.  J'avais posté, sur le blogue de Rama Yade, un commentaire qui n'a pas eu l'heur de plaire à Madame Yade : je lui demandais de préciser si sa réaction d'indignation portait sur l'injure au boubou -ce qui paraissait gravissime pour Rama- ou sur l'insulte à l'encontre de Ségolène Royal  -qui lui semblait accessoire, voire mérité-.  Dans les heures qui suivirent, mon commentaire fut éliminé par les services de nettoyage de Madame la secrétaire d'État aux Droits de l'Homme...
    Au sujet de la conversation de l'Élysée, il y avait cette fois le désir de Sarko de faire un bon mot pour se payer les socialistes. Rappelons que pour Tranche-Montagne, un bon socialiste est un socialiste mort (Jaurès) ou étranger (Tony Blair). Zapatero ne présentant pas encore à ce jour un encéphalogramme plat, mais étant étranger, il ne peut entrer pour Super-Talons que dans la catégorie des «bons» socialistes.
    On a bien compris qu'en disant «Zapatero n'est peut-être pas intelligent», il se payait ainsi la tronche de Jospin, puisque la phrase suivante jetait l'anathème sur le fait que Yoyo avait été atomisé dès le premier tour de l'élection présidentielle.
    Le démenti de l'Élysée n'y fait pourtant pas référence. Il serait en effet hasardeux de se risquer à une explication faisant référence à l'utilisation du second degré, alors que le président français s'exprime rarement en public de cette manière. Il était donc indispensable de nier en bloc, quoi qu'il n'y ait aucun doute sur la réalité des propos qu'icelui aurait tenus.
    Paradoxalement, le sentiment qui ressort dans ces trois affaires est que l'offensé est toujours perdant : le peuple africain, Ségolène Royal, les femmes de ménage, les femmes africaines ou Lionel Jospin sont relégués au deuxième rang : il convient alors de stigmatiser les prises de position, certes racoleuses, de Ségolène Royal, en allant, pour la décrédibiliser,  jusqu'à proposer pour elle un accompagnement thérapeutique.
    Nul doute que d'avisés journalistes intègres et honnêtes au plus haut degré sauront faire la part des choses dans les temps à venir... (M. Frédéric Lefèbvre aura sûrement remarqué que je faisais ici allusion à Jean-Michel Affatie).
    En résumé, se foutre de la gueule des socialistes est un exercice tenant de la salubrité publique, alors que dénoncer les débordements verbaux des membres de la majorité devrait mener à l'internement psychiatrique. Qu'on se le dise !

  • D'Abélard à Farinelli

    ou...
    De Sarko à Calderoli

    y1p-TNXFhw6-zzJYILJxCJ1lK04NAr4K7jG_s3PkmYsKR901BXjOxp2YaFhEfSKtcAYb12FJCj0B7Y


    Criant à l'imposteur, au traître, au papelard,
    Elles veulent me faire subir le supplice d'Abélard,
    Je vais grossir les rangs des muets du sérail,
    Les belles ne viendront plus se pendre à mon poitrail,
    Grâce à ma voix coupée j'aurai la place de choix
    Au milieu des Petits chanteurs à la croix de bois.

    (Georges Brassens, Le mécréant)

    farinelli.jpgUn ministre italien du gouvernement de M. Silvio Berlusconi, Roberto Calderoli, propose d'en finir avec les violeurs par l'application pour iceux d'une peine radicale et particulièrement tranchante : la castration chirurgicale.
    Il n'entre pas dans les compétences d'un bœuf de se saisir d'une affaire proprement humaine et spécifiquement (é)masculine, mais qu'il me soit au moins permis d'éclairer cette controverse d'un avis distancié et désintéressé.
    Pourquoi ne pas jumeler la proposition de M. Calderoli avec celle de M. Nicolas S. (dont nous masquerons ici le patronyme pour des raisons évidentes de confidentialité), qui prétend qu'il existe un gène de la criminalité, et celle  de M. Frédéric L. (idem) qui propose de dépister les criminels par l'observation de comportements déviants à l'école maternelle ?
    En définitive, cette triple observation établit, selon la méthode de Salvador Dali, une façon de raisonnement paranoïa-critique (on peut, peut-être, enlever «ritique»?) un postulat reposant sur ce trépied maintenu par ces trois mousquetaires, que tout violeur potentiel est génétiquement marqué et prêt à agir dès que les conditions d'âge et de maturité sont satisfaites.
    Et vous savez ce que c'est, un violeur en âge de violer, ça passe à l'acte dès que l'occasion se présente : un chien portant chapeau, une gourgandine, un juge, ou une ancêtre, c'est du pareil au même !
    Il est donc impératif de cerner et capturer ces monstres en herbe dès leur plus jeune âge afin de les éloigner de la tentation et du mal, j'allais dire du péché...
    Bon.
    Là, avec l'italienne proposition coupante, se pose le problème du recyclage.
    Que faire du raccourci des génitoires, une fois l'acte du chirurgien des basses œuvres accompli ?
    Allons donc plus loin que ce que propose M. Frédéric L. et faisons d'une pierre deux coups, en imposant à titre préventif le gonadique allégement ayant pour corollaire l'attribution de bourses pour ceux qui seraient naturellement orientés vers l'apprentissage du chant.
    Qui serait (haute-)contre ?

  • Juju au plus mal !

    FL.jpgAvec le soutien affiché de Freddy Lefebvre, on peut craindre qu'un coup fatal soit porté au pauvre Julien Dray, son collègue du Parti Sarkocialiste, contre lequel il faisait, jusqu'à présent, semblant de se quereller à tout bout de champ.
    Relisons le communiqué :
    «Frédéric Lefebvre, l'un des porte-parole de l'UMP, a dénoncé lundi un "déchaînement" à l'encontre du député PS Julien Dray, soupçonné d'abus de confiance, réclamant pour lui un strict respect du principe de la présomption d'innocence».
    De quoi ? La présomption d'innocence pour un socialisse, alors que tout le monde sait que tout un chacun, né à la senestre de l'huemmepée, est marqué, pour le restant de ses jours du sceau d'infâmie des pestiférés et autres vérolés ?

    Non, non, on sent bien que, pour obtenir le soutien de Freddy, il faut bien que le jumeau d'Alexandre Adler ait mis le doigt dans le pot de confiture. On voit mal comment il pourrait en être autrement.

    20070106.FIG000000592_17766_3.jpg

     

     

     

     

     

    Je n'ai pas de photo de Juju. Collez à Sacha une paire de lunettes et une barbichette, et sa bobinette cherra...

     

  • Tous aux abris !

    En ces temps difficiles, où il est question de vouloir ficher (comme Freddy Lefebvre, monsieur-loyal de l'huemmepée) les délinquants notoires qui sévissent, dès l'âge de trois ans dans les maternelles dès que les instites -trop occupées à changer les couches des gosses qui leur sont abusivement confiés- ont le dos tourné, et éventuellement de foutre au trou les multirécidivistes dangereux dès leur douzième carat homologué, penchons nous un instant sur cet extrait d'un ouvrage paru récemment :
    51pjC0u2mOL._SL500_AA240_.jpg"Mais tout cela ne doit pas faire oublier que le taux d'homicide reste à peu près stable. En 1936, il était de 1,1 pour 100 000 habitants, en 1968 de 0,8, en 2000 de 0,7 comme au Royaume-Uni, contre 0,9 en Allemagne, 1,2 en Suède, 6,2 aux États-Unis, 10, 8 au Mexique, 28,4 en Russie, 60,8 en Colombie. Le sentiment de vide, religieux et idéologique, explique autant que la réalité objective le phénomène d'angoisse sociale qui a conduit, irrésistiblement, à la montée du sentiment d'insécurité".
    (Emmanuel Todd, Après la Démocratie,Gallimard 2008, p.214)

    Merdre ! Alors, comme ça, le frenchie standard (tout comme le rosbif ordinaire) a 9 fois moins de chance de se faire buter d'un coup de bastos dans le buffet qu'aux paradis étatsunien (vous savez, le pays de la tolérance-zéro), 40 fois moins de bol de se faire suriner que chez les cosaques, et 88 fois moins de se faire sauter le caisson qu'en douce Colombie, où notre très sainte Ingrid est revenue pourtant même pas morte.
    Si c'est pas un miracle, ça...
    Alors on comprend que Freddy Lefebvre, Histrioskozy, Hortefeux et Rachida en fassent des tonnes, parce que dans tout ça, en définitive, si on ne fait pas tout pour devancer les "Anglais", c'est vraiment qu'on veut se taper la honte.