Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bakchich

  • Un peu plus, un peu moins...

    Aujourd'hui fleurit sur le site Bakchich.info un "Bordelitude au PS" un tantinet prévisible.
    Facile.
    Après la "bravitude" éculée de Pimprenelle et la trop oubliée "héritation" de Nicolas, la très hystérieuse Juliette Binoche a frappé un grand coup hier à treize heures et des poussières de relevé sur France Culture en sortant de son caquet d'improbables "désirs inassouvables" qui m'ont réveillé en sursaut d'un léger assoupissement post-prandial.
    Encore bravo à ces pionniers du renouvellement lexical...

     

  • Philippe Val est Partout !

    Le champion incontesté du Point Godwin a encore frappé :
    «Bakchich, oui, c’est un site extrêmement médiocre, qui se permet d’écrire des choses sur les gens, encore une fois sans preuves, de répercuter des rumeurs.»
    «Ne parlons même pas de Bakchich, qui actualise et adapte sur Internet les méthodes glorieuses de Je suis partout. Malheureusement, ce genre de site d’informations n’est pas l’exception, c’est la règle.»

    JOURNAL%20JE%20SUIS%20PARTOUT%20444.jpg

    Philippe Val, qui est partout (à Charlie-Hebdo, à la radio, à la télé), et qui ne dit rien à la légère, et qui n'écrit jamais rien sans avoir fait tourner sept fois dans son melon des mots et phrases mesurées et pesées, a donc commis un objet constitué de textes, résultant d'une réflexion profonde documentée et inspirée, imprimés sur des feuilles de papier, reliées et emballées dans une couverture ainsi intitulée :
    « Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous!», le tout édité par la maison Grassouillet.
    On remarquera avec quel tact, quelle mesure, quelle précision, quelle honnêteté et quelle acuité le Nijinski de la pensée néo-spinozienne fait l'étalage de sa science. Pour mieux apprécier la profondeur de la réflexion du génie, on peut se caler à 18:40
    À un autre moment de l'émission, le même Valadroit se risquait à prétendre que Voltaire, en déclarant «Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer», aurait dit une belle connerie...
    À la réflexion, après avoir entendu Val, on peut penser que Voltaire n'a écrit que des conneries dans sa vie.
    Reviens, Philippe Val, Voltaire est devenu fou !

  • Quand une journaliste se grime de lèche-majesté

    Impossible de me faire une opinion de visu : je n'achèterai jamais Paris-Match, et je n'ai pas de rendez-vous prévu chez ma dentiste dans les semaines à venir.
    Donc, on peut se renseigner en consultant les papiers de Bakchich qui arrivent tout droit dans ma boîte à courriels depuis que j'ai contribué financièrement au sauvetage depuis que ce site est argenté comme une cuillère de bois.
    Justement, aujourd'hui, c'est Elisabeth Chavelèche, de Paris-Match, ou plutôt son billet concernant Carla B. qui est passé à l'I.R.M. de Bakchich.
    Donc, pour redorer le blason de la maison Sarko, qui s'est fait quelque peu claquer les stores ces derniers temps, une opération retape séduction «belle nana» a été montée en toute bienveillance démocratique façon gratin XVIème, par la cellule de communication de l'Elysée l'équipe de Paris-Match, dont le patron n'est aucunement lié au pouvoir en place. Non, non,non...
    Un passage intéressant :
    Ce n’est que vers la fin du papier d’Elisabeth Chavelèche que l’impudeur bascule dans l’obscénité absolue, quand la salariée de "Paris Match" observe qu’"en se mariant la belle Italienne a acquis la nationalité française".
    Pas "tout de suite", hein ?
    Carla S., nonobstant sa fine chevelure, a été, elle aussi, une (presque) sans-papiers.
    Elle-même se le rappelle avec un peu d’angoisse : "Cela prend du temps (d’acquérir la nationalité française), même quand on connaît du monde, dit-elle avec malice".
    Un vrai parcours du combattant, cette obtention de la française nationalité, pas vrai Carlita ?

  • Sarkozy renvoie Fillon ! X. Bertrand Président du Conseil.

    Remaniement ministériel musclé. Xavier Bertrand, comme il était attendu, devient premier ministre. Promotion de Devedjian.