Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Bœuf qui Pleure @LeProfHiggins - Page 4

  • De l'Usage Intéressé de Certains Pouvoirs de l'Horreur

    Peut-être avez-vous déjà eu l’occasion de voir cette bande dessinée de Sempé, où est représenté un homme qui aperçoit devant lui un type qui marche sur une peau de banane et va se ramassant sur le sol dans une chute spectaculaire ?  Le gaillard ne peut s’empêcher de contenir son rire alors qu’il s’approche d’une masse de gens qui attendent sur un trottoir. Il s’agit d’une file d’attente devant un cinéma. L'image suivante nous montre le même gars, toujours pouffant, et l’affiche d’un film burlesque de Charlie Chaplin incarnant Charlot. Vient alors un plan de la salle où les spectateurs patientent sagement en attendant le début de la projection, tandis que notre bonhomme continue à se tordre en se remémorant la chute malencontreuse du quidam sur la peau de banane. Début du film, notre homme est toujours désopilé, alors que la salle est dans l’obscurité, et que tous les spectateurs scrutent avec sérieux et attention les premières images du film. Arrive alors Charlot, qui pose le pied sur une peau de banane, et se vautre de tout son long : toute la salle éclate de rire, sauf une personne, qui ne rit plus du tout. Sur l’image ultime, alors que toute la salle se gondole, notre moqueur du début écrase une larme, de tristesse…
    La deuxième chose qui me vient à l’esprit avant de vous conter le corps de mon billet qui va suivre, c’est la nouvelle de Marcel Aymé, « Dermuche », qui met en scène un personnage fruste, sans foi ni loi et meurtrier de trois personnes, mais que l'aumônier de la prison considère comme « innocent » après l’avoir entendu raconter sa vie, et s’être aperçu que l’assassin n’était qu’un simple d’esprit… À force de prières, Dermuche sera transformé miraculeusement en nouveau-né dormant sur la paillasse où il attendait son exécution.
    — Nom de Dieu! s’écria le directeur qui s’était penché sur l’enfant. Regardez donc, là sur la poitrine, il a les mêmes tatouages que Dermuche. Les assistants se penchèrent à leur tour. L’enfant portait sur la poitrine deux tatouages symétriques, figurant, l’un, une tête de femme, l’autre, une tête de chien. Aucun doute, Dermuche avait exactement les mêmes, aux dimensions près. Les gardiens s’en portaient garants. Il y eut un silence d’assimilation prolongé.
    — Je m’abuse peut-être, dit M. Leboeuf, mais je trouve que le nourrisson ressemble à Dermuche autant qu’un enfant de cet âge puisse ressembler à un homme de trente-trois ans. Voyez cette grosse tête, cette face aplatie, ce front bas, ces petits yeux minces et mêmes la forme du nez. Vous ne trouvez pas ? demanda-t-il en se tournant vers l’avocat du condamné…
    Et l’enfant, dont l’identité ne pouvait que correspondre à celle de Dermuche, sera guillotiné.
    Maintenant, j’en viens au sujet dont je voulais vous entretenir. Pour cela, reportons-nous à l’article suivant, paru le 26 mai.
    201205264fc055d9d6078-1-593424.jpgIl ne fait aucun doute que le triste personnage décrit dans cet article, porteur d’un tatouage dorsal à la gloire des exploits du IIIe Reich, militant et fils d’une militante, élue du Front National, et qui fut lui-même candidat aux élections cantonales pour le compte du même parti d'extrême-droite, aura du mal à inspirer quelque poussière de sympathie pour la cause qu’il paraît défendre, si l’on se fie aux éléments exposés par l’auteur de l’article. Cause indéfendable ? Pour ce qui est de l’idéologie véhiculée, il ne fait guère de doute que seuls les accrocs aux délices et délicatesses de la croix gammée et autre croix de fer peuvent être un tantinet sensible à l’humour particulier exhalé par la ferrade dorsale du militant extrémiste. Maintenant, si vous le permettez, intéressons-nous un brin au cas du rédacteur de l’article, qui écrit par ailleurs dans le même journal une rubrique dominicale intitulée « satyricon » où il s’emploie régulièrement à vomir, incendier, massacrer, ridiculiser et conchier tout ce qui se situe sur la senestre du fameux activiste et révolutionnaire François Bayrou. L’occasion, au demeurant confortable, pour l’auteur de l’article, de morigéner une proie facile tant elle est repérable par son outrance, ne doit pas faire oublier qu’il aurait pu, et dû, approfondir son enquête afin de mieux cerner la personnalité de ce curieux et excessif trublion frontiste.
    Car il se trouve, qu’avant d’être ce qu’il est aujourd’hui, ce type infréquentable fut un enfant, un enfant dont il m’est impossible, ou plus exactement interdit, de préciser ici certains épisodes particulièrement effrayants, traumatisants, relevant de l’horreur et de l’épouvante. Une rare violence, et de probables blessures psychologiques réelles que nul ne mérite de vivre au cours de son existence. Des événements qui ont, sans aucun doute, « encré » tout le contenu de leur horreur, non seulement dans la peau - ce qui signe à mon sens son irresponsabilité - mais aussi dans le psychisme de ce « misérable »…
    Si le Front National doit assumer le fait d’avoir dans ses rangs des individus manifestement indésirables, ou exhibant des signes ostentatoires de propagande nazillonne… sur la plage, et pour cela, il lui restera du ménage à faire, maintenant, il ne serait pas inutile que de son côté, M. Philippe Le Claire consulte, ou relise, la nouvelle de Marcel Aymé, et qu'il en tire, on peut rêver, matière à réflexion, sans quoi il pourrait se retrouver - qui sait ? - comme le petit bonhomme de Sempé, bien esseulé…

  • Renzo et Jarno s'en vont à moto…

    20 mai 1973. Sur le célèbre circuit de Monza, en Lombardie sera bientôt donné le départ du Grand prix d'Italie motocycliste pour la catégorie des 250 cm³. La course des 350 cm³ vient tout juste de de terminer, avec une nouvelle victoire de Giacomo Agostini. La monture de Walter Villa, qui a tout de même fini en cinquième position malgré une casse mécanique, a perdu de l'huile sur la piste à la hauteur de la Curva Grande. Les organisateurs, pourtant prévenus de la présence de cette flaque inquiétante, plus préoccupés du respect des horaires de la compétition que de la sécurité des pilotes, n'accordent aucune importance à ces peccadilles. Après tout, ces pilotes, s'ils sont vraiment des champions, ne sauraient reculer devant le moindre aléa…
    Ainsi donc, les pilotes s'installent sur leur emplacement de départ. Le chouchou des spectateurs italien, c'est Renzo Pasolini, au placide regard chaussé de lunettes à monture épaisse, qui concourt au guidon d'une Harley-Davidson qui, en dépit d'un nom très étasunien, est bel et bien une machine italienne. C'est un favori pour la victoire dans cette course. Mais il aura fort à faire avec Jarno Saarinen, un jeune ingénieur finlandais, qui casse la baraque depuis quelque temps et qui, avec un style pour l'instant incomparable, se joue des courbes les plus rapides des circuits avec une aisance inouïe, balançant sa Yamaha perché dans de vide, n'étant retenu que par de dessous du genou au dosseret de la selle de son engin.
    Le départ est donné, les pilotes poussant eux-même la moto pour la faire démarrer, comme c'est l'usage à cette époque. Les bolides s'élancent en ordre dispersé, mais la hiérarchie retrouve ses droits au bout d'un kilomètre de course.
    Quand le petolon arrive à la hauteur de la Curva Grande, Renzo Pasolini aborde le virage en tête, mais la piste, encore souillée par l'huile laissée par la moto de Walter Villa, ne fera aucun cadeau au Pilote de l'Harley-Davidson : il glisse et percute le rail de « sécurité », tué sur le coup. Jarno Saarinen glisse aussi, une fraction de seconde après Pasolini, chute et se relève : c'est alors qu'il est frappé de plein fouet par un concurrent lancé à pleine vitesse, et qui ne peut l'éviter. Dix-neuf pilotes chutent en tout, et parmi eux cinq sont plus ou moins gravement blessés. Saarinen  et Pasolini morts dans la même course, dans un véritable carnage, tout devait s'arrêter là.


    Depuis cette date, quand je vois une moto, je pense inévitablement à cette course apocalyptique…

  • Faire les poches des riches

    La campagne d'entre deux tours nous réserve bien des surprises. On en a ainsi appris de belles au sujet du candidat portant un nom de pays étranger et que je ne nommerais pas ici pour rester dans le cadre d'une nécessaire bienséance.
    Sur les ondes de la T.S.F. s'est exclamé ainsi le rival restant face à l'innommé ci-avant évoqué : « J'ai entendu Mélenchon qui expliquait à Hollande que si vous croisez un riche dans la rue, faites-lui les poches !…»
    Tudieu ! Lacenaire aurait ainsi obtenu près de 12% au premier tour des présidentielles 2012…
    De son récent ralliement platonique au vague à l'âme des électeurs de Marine Le Pen, d'aucuns ont déjà remarqué que c'est assurément aux interpellations ultra-célestes de Jeanne d'Arc qu'a succombé notre décontenancé leader. En effet, on aura du mal, dans la grouillante armoire multimédiatique compilant images, paroles et gestes de la campagne 2012, à trouver un document corroborant objectivement des dires du kozyque candidat. La foi des convertis aidant, il s'est ainsi persuadé que le second degré mélenchonique pouvait passer, aux oneilles béates et convaincues de ses afficinados pour une vérité première. Pour faire plus vrai, il était tentant de mêler François Hollande ( on sait bien qu'à senestre, c'est copains comme cochons…) qui était pourtant absent de la mise en garde du Leader du front de Gauche. Pour faire encore plus populaire, l'ami Nicolas a placé la scène dans la rue, pour bien montrer que l'attaque des « chauffeurs » pourra tomber sur tout un chacun.
    La technique de l'Effervescent est simple : colporter des propos contenant un faux semblant de vérité, mais totalement mensonger, qui  nécessitera du temps et beaucoup d'explications de la part du camp adverse pour rétablir l'exactitude des paroles réellement prononcées. Le ramdam controuvé repart comme si de rien était sur une autre piste, par exemple au sujet d'un appel d'un héraut du Musulmanistan enjoignant la population à voter pour le Lider Correzo…
    Ce que n'avait pas envisagé le Lider Minimo, c'est que que le coup de pied de l'âne arrive parfois plus vite que cela à quoi on s'attend !

    tariq-ramadan-pour-sauver-la-france-votez-sarkozy-27-avril-2012-10688219azhkl_1861.jpg?v=1

  • Sarkozyyyyyyy… Oh oui ! ( Sommet de l'espoir )

    Les BravesAuditeurs de l'émission du 23 avril sur Radio BravePatrie ont eu l'honneur et l'avantage d'entendre et d'apprécier l'interprétation énergique et redoutable de mon ami Le délateur Anonyme ( @delateuranonyme sur Tweeter ). Pour ceux dont l'ouïe aurait été prise quelque peu en défaut, les paroles de l'ode au nouveau phare de l'Occident vous sont livrées ci-dessous sans majoration de votre abonnement groupé BravePatrie.com-Leboeufquipleure.info…

    Paroles : @LeProf_Higgins
    Refrain et Musique @delateuranonyme

    Le feu a rejailli du sol de la patrie
    Des urnes insonores la vérité surgit
    Et le score obtenu par notre président
    Fera de lui le phare du nouvel Occident

    L'humble score établi lors de ce premier tour
    S'enflera hardiment pour le soir du grand jour
    Car la France qui l'aime même modestement
    Ne peut remettre en place que ce grand gouvernant

    Sarkozyyyyyy  Oh oui
    De tous nos présidents C'est bien toi le plus grand
    Sarkozyyyyy  Oh oui
    De tous les candidats C'est toi dont j'suis baba…


    On sait bien qu'il fit taire pour toujours le bédouin
    Qui vint tel en un piège ici planter sa tente
    Et montrant à Poutine sa force menaçante
    De Géorgie fit fuir, lui brûlant le pourpoint

    Nul en la vieille Europe à l'égaler ne songe
    Tous en chœur ils réclament que son mandat prolonge
    C'est l'égal par sa force et son cran débordant
    En noble Maison Blanche du hâlé résident

    refrain

    Il a œuvré d'abord pour le commun salut
    Sauvé le revenu de nos vieux pensionnés
    C'est le seul qui saura, face à des farfelus
    Redresser le pays et bien le gouverner

    C'est pourquoi le 6 mai du fin fond de nos urnes
    Personne ne viendra plus pour lui casser les pieds
    Largement réélu sans chausser les cothurnes
    On saluera bien bas le divin contrepied

    refrain

    L'espoir est revenu nous marchons dans ses pas
    Une seconde fois il sauvera la France
    Alors dans deux semaines, donnons à Nicolas
    Son bâton d'maréchal sa suprême expectance…

    refrain

  • Reviens, reviens, Nicolas reviens !…

    Bon, autant vous le dire, j'ai choisi de parodier ici Aragon, parce que, dans son poème « il revient », dédié à Maurice Thorez de retour après une longue période de soins en Union Soviétique, notre cher Loulou avait employé l'expression « France Forte », chère à notre futur-Ex. Une petite pensée pour Laurence Parisot et les organismes de sondages…

    Il revient ! Les 4x4 dans les rues de nos villes
    Se montrent de nouveau, le capot réjoui
    Tu l'entends, Aphatie ? Il revient… Comment fait-il
    Me diras-tu, plombé par les affaires ? Ainsi
    Il revient ! Opinion Way crie le revoilà !
    Camarade, c'est bien cela, tu nous dis qu'il revient
    Un élan magnifique ramène Nicolas
    Parisot et l'IFop n'en disent que du bien
    Nicolas, es-tu là, non, ce n'est pas un rêve
    Les sondages l'affirment, tu es bien le premier
    Tu reviens dans la course, une foule se lève
    T'installant de nouveau cinq ans à l'Élysée
    Il revient ! Ces deux mots le lèvent et puis le portent
    Ainsi, les retraités, P.-D-G et banquiers
    Rêvent de Nicolas avec la France forte
    Belle et joyeuse. Pujadas, va donc le crier !
    Ô jeunes populaires répétez à vos messes
    Ces deux mots bénis pour Nicolas Sarkozy :
    Il revient. Et ces deux mots-là mettent la France en liesse…

  • Pour En Finir Avec Jean-Luc Mélenchon

    Pour en finir une bonne fois pour toutes avec Jean-Luc Mélenchon.
    Le Figaro, publication de centre-gauche, tendance opus dei, émet quelques réserves quant à un soutien inconditionnel à apporter, de la part de ses lecteurs, au candidat bolchevique Jean-Luc Mélenchon, dont le pedigree ne serait pas, selon son enquête impartiale, aussi impeccable que celui du candidat-président-sortable d'origine magyare, de l'Avignonnaise papale Mireille Mathieu ou encore de l'abbé Philippe Laguérie et des fidèles de Saint-Nicolas du Chardonnet.
    Le Bœuf qui Pleure, après une longue et minutieuse enquête a pu établir une liste de caractéristiques concernant  ledit Jean-Luc Mélenchon, afin que chacun des fidèles  de l'abbé Dassault puisse, en toute connaissance de cause, choisir le candidat Sarkozy le meilleur candidat au prochain scrutin présidentiel :
    Jean-Luc Mélenchon veut taxer les tirelires des enfants de moins de douze ans.
    Jean-Luc Mélenchon n'est pas un fan de Didier Barbelivien.
    Jean-Luc Mélenchon ne prononce jamais ses discours en latin, et il y a même une meuf qui gesticule inutilement et fait parfois des doigts d'honneur dans le coin droit de l'écran de la télé quand il cause, et que ça se voit…
    Jean-Luc Mélenchon a prévu de prendre 75% de la retraite des petits vieux touchant plus de 100 euros par mois, pour sa consommation personnelle de coke.
    Jean-Luc Mélenchon se relève la nuit pour boire en loucedé qui gros rouge qui tache.
    Jean-Luc Mélenchon pense que l'affaissement des Nippons nuira à l'extension de la Chine.
    Jean-Luc Mélenchon a fait partie de la section française de la bande à Baader.
    Jean-Luc Mélenchon a participé aux ébats licencieux de l'affaire du Carlton.
    Jean-Luc Mélenchon se masturbe frénétiquement en lisant le petit livre rouge dans les toilettes.
    Jean-Luc Mélenchon veut propager la vérole dans les écoles confessionnelles catholiques.
    Jean-Luc Mélenchon mange ses crottes de nez au feu rouge.
    Jean-Luc Mélenchon a participé lui-même aux tortures infligées au peuple cambodgien sous le régime de Pol Pot.
    Jean-Luc Mélenchon est un éjaculateur précoce.
    Jean-Luc Mélenchon refoule du goulot.
    Jean-Luc Mélenchon a fait les poches de Mme Bettencourt sans lui demander la permission.
    Jean-Luc Mélenchon a déjà critiqué Nicolas Sarkozy.
    Jean-Luc Mélenchon n'est pas allé à la messe depuis des décennies.
    Il arrive à Jean-Luc Mélenchon de dire zut ! et crotte ! quand les caméras sont arrêtées et les micros fermés.
    Jean-Luc Mélenchon n'écoute pas Mille Colombes…
    Jean-Luc Mélenchon a des amis gays.
    Jean-Luc Mélenchon n'a peut-être pas tous ses diplômes, allez savoir.
    Jean-Luc Mélenchon a un caractère de cochon : ce n'est ni halal, ni cachère…
    Jean-Luc Mélenchon piquait les chocorems de ses camarades au goûter.
    Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-américain qu'il préfère parler espagnol avec des Britanniques.
    Jean-Luc Mélenchon a sur lui la facture du paquet de farine ayant servi pour l'attentat minotier contre François Hollande.
    Jean-Luc Mélenchon mange des petits enfants au petit déjeuner.
    Jean-Luc Mélenchon connaît les paroles de l'Internationale.
    Jean-Luc Mélenchon dessine des moustaches sur les photos de Carla Bruni.
    « Jean-Luc Mélenchon » est un gros mot.
    Et donc, en définitive,

    Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-européen qu'il ne votera même pas Hollande au 2e tour…