Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Bœuf qui Pleure - Page 4

  • Sarkozyyyyyyy… Oh oui ! ( Sommet de l'espoir )

    Les BravesAuditeurs de l'émission du 23 avril sur Radio BravePatrie ont eu l'honneur et l'avantage d'entendre et d'apprécier l'interprétation énergique et redoutable de mon ami Le délateur Anonyme ( @delateuranonyme sur Tweeter ). Pour ceux dont l'ouïe aurait été prise quelque peu en défaut, les paroles de l'ode au nouveau phare de l'Occident vous sont livrées ci-dessous sans majoration de votre abonnement groupé BravePatrie.com-Leboeufquipleure.info…

    Paroles : @LeProf_Higgins
    Refrain et Musique @delateuranonyme

    Le feu a rejailli du sol de la patrie
    Des urnes insonores la vérité surgit
    Et le score obtenu par notre président
    Fera de lui le phare du nouvel Occident

    L'humble score établi lors de ce premier tour
    S'enflera hardiment pour le soir du grand jour
    Car la France qui l'aime même modestement
    Ne peut remettre en place que ce grand gouvernant

    Sarkozyyyyyy  Oh oui
    De tous nos présidents C'est bien toi le plus grand
    Sarkozyyyyy  Oh oui
    De tous les candidats C'est toi dont j'suis baba…


    On sait bien qu'il fit taire pour toujours le bédouin
    Qui vint tel en un piège ici planter sa tente
    Et montrant à Poutine sa force menaçante
    De Géorgie fit fuir, lui brûlant le pourpoint

    Nul en la vieille Europe à l'égaler ne songe
    Tous en chœur ils réclament que son mandat prolonge
    C'est l'égal par sa force et son cran débordant
    En noble Maison Blanche du hâlé résident

    refrain

    Il a œuvré d'abord pour le commun salut
    Sauvé le revenu de nos vieux pensionnés
    C'est le seul qui saura, face à des farfelus
    Redresser le pays et bien le gouverner

    C'est pourquoi le 6 mai du fin fond de nos urnes
    Personne ne viendra plus pour lui casser les pieds
    Largement réélu sans chausser les cothurnes
    On saluera bien bas le divin contrepied

    refrain

    L'espoir est revenu nous marchons dans ses pas
    Une seconde fois il sauvera la France
    Alors dans deux semaines, donnons à Nicolas
    Son bâton d'maréchal sa suprême expectance…

    refrain

  • Reviens, reviens, Nicolas reviens !…

    Bon, autant vous le dire, j'ai choisi de parodier ici Aragon, parce que, dans son poème « il revient », dédié à Maurice Thorez de retour après une longue période de soins en Union Soviétique, notre cher Loulou avait employé l'expression « France Forte », chère à notre futur-Ex. Une petite pensée pour Laurence Parisot et les organismes de sondages…

    Il revient ! Les 4x4 dans les rues de nos villes
    Se montrent de nouveau, le capot réjoui
    Tu l'entends, Aphatie ? Il revient… Comment fait-il
    Me diras-tu, plombé par les affaires ? Ainsi
    Il revient ! Opinion Way crie le revoilà !
    Camarade, c'est bien cela, tu nous dis qu'il revient
    Un élan magnifique ramène Nicolas
    Parisot et l'IFop n'en disent que du bien
    Nicolas, es-tu là, non, ce n'est pas un rêve
    Les sondages l'affirment, tu es bien le premier
    Tu reviens dans la course, une foule se lève
    T'installant de nouveau cinq ans à l'Élysée
    Il revient ! Ces deux mots le lèvent et puis le portent
    Ainsi, les retraités, P.-D-G et banquiers
    Rêvent de Nicolas avec la France forte
    Belle et joyeuse. Pujadas, va donc le crier !
    Ô jeunes populaires répétez à vos messes
    Ces deux mots bénis pour Nicolas Sarkozy :
    Il revient. Et ces deux mots-là mettent la France en liesse…

  • Pour En Finir Avec Jean-Luc Mélenchon

    Pour en finir une bonne fois pour toutes avec Jean-Luc Mélenchon.
    Le Figaro, publication de centre-gauche, tendance opus dei, émet quelques réserves quant à un soutien inconditionnel à apporter, de la part de ses lecteurs, au candidat bolchevique Jean-Luc Mélenchon, dont le pedigree ne serait pas, selon son enquête impartiale, aussi impeccable que celui du candidat-président-sortable d'origine magyare, de l'Avignonnaise papale Mireille Mathieu ou encore de l'abbé Philippe Laguérie et des fidèles de Saint-Nicolas du Chardonnet.
    Le Bœuf qui Pleure, après une longue et minutieuse enquête a pu établir une liste de caractéristiques concernant  ledit Jean-Luc Mélenchon, afin que chacun des fidèles  de l'abbé Dassault puisse, en toute connaissance de cause, choisir le candidat Sarkozy le meilleur candidat au prochain scrutin présidentiel :
    Jean-Luc Mélenchon veut taxer les tirelires des enfants de moins de douze ans.
    Jean-Luc Mélenchon n'est pas un fan de Didier Barbelivien.
    Jean-Luc Mélenchon ne prononce jamais ses discours en latin, et il y a même une meuf qui gesticule inutilement et fait parfois des doigts d'honneur dans le coin droit de l'écran de la télé quand il cause, et que ça se voit…
    Jean-Luc Mélenchon a prévu de prendre 75% de la retraite des petits vieux touchant plus de 100 euros par mois, pour sa consommation personnelle de coke.
    Jean-Luc Mélenchon se relève la nuit pour boire en loucedé qui gros rouge qui tache.
    Jean-Luc Mélenchon pense que l'affaissement des Nippons nuira à l'extension de la Chine.
    Jean-Luc Mélenchon a fait partie de la section française de la bande à Baader.
    Jean-Luc Mélenchon a participé aux ébats licencieux de l'affaire du Carlton.
    Jean-Luc Mélenchon se masturbe frénétiquement en lisant le petit livre rouge dans les toilettes.
    Jean-Luc Mélenchon veut propager la vérole dans les écoles confessionnelles catholiques.
    Jean-Luc Mélenchon mange ses crottes de nez au feu rouge.
    Jean-Luc Mélenchon a participé lui-même aux tortures infligées au peuple cambodgien sous le régime de Pol Pot.
    Jean-Luc Mélenchon est un éjaculateur précoce.
    Jean-Luc Mélenchon refoule du goulot.
    Jean-Luc Mélenchon a fait les poches de Mme Bettencourt sans lui demander la permission.
    Jean-Luc Mélenchon a déjà critiqué Nicolas Sarkozy.
    Jean-Luc Mélenchon n'est pas allé à la messe depuis des décennies.
    Il arrive à Jean-Luc Mélenchon de dire zut ! et crotte ! quand les caméras sont arrêtées et les micros fermés.
    Jean-Luc Mélenchon n'écoute pas Mille Colombes…
    Jean-Luc Mélenchon a des amis gays.
    Jean-Luc Mélenchon n'a peut-être pas tous ses diplômes, allez savoir.
    Jean-Luc Mélenchon a un caractère de cochon : ce n'est ni halal, ni cachère…
    Jean-Luc Mélenchon piquait les chocorems de ses camarades au goûter.
    Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-américain qu'il préfère parler espagnol avec des Britanniques.
    Jean-Luc Mélenchon a sur lui la facture du paquet de farine ayant servi pour l'attentat minotier contre François Hollande.
    Jean-Luc Mélenchon mange des petits enfants au petit déjeuner.
    Jean-Luc Mélenchon connaît les paroles de l'Internationale.
    Jean-Luc Mélenchon dessine des moustaches sur les photos de Carla Bruni.
    « Jean-Luc Mélenchon » est un gros mot.
    Et donc, en définitive,

    Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-européen qu'il ne votera même pas Hollande au 2e tour…

  • À consommer avec modération…

    « Bonjour, Votre message a été modéré. L'humour noir et les plaisanteries douteuses peuvent être très mal pris dans certaines circonstances. Merci de bien vouloir reformuler votre commentaire en ce sens. Bien à vous, Eric Mettout Rédacteur en chef LEXPRESS.fr 01 75 55 14 66 emettout@lexpress.fr »
    Also schrieb M. Mettout, rédac-chef de l'Express.
    Diantre ! Quelle ignomignieuse mienne saillie aurait donc provoqué le courroux de M. Mettout ?
    Voilà, voilà. Je m'en vas vous conter l'affaire. Chaud devant… : « Quel dommage que l'assiette de matière fécale se soit abattue négligemment sur la face de Jean-Michel Ribes. Elle aurait tant sis à la face de Christophe Barbier, qui aurait pu nonchalamment s'essuyer avec l'écharpe rouge offerte par Carla... Courage, Christophe, vous serez quelque temps dans l'opposition, et on mesure quel goulag moral vous allez devoir endurer pendant ces trop longues années à venir. Voulez-vous un mouchoir ?... ».
    Est-il indispensable de préciser que mon commentaire faisait incidemment référence au fait d'actualité dont ( l'excellent ) Jean-Michel Ribes avait été victime très récemment ? Pas de problème, je compatis au sort de Jean-Michel Ribes.
    La mention au bas de l'article mentionnait l'avertissement d'usage suivant : « Merci de ne pas poster de contenu raciste, xénophobe ou incitant à la haine.» Sage précaution…
    Dans un autre article, le comédien salonnard amateur Christophe Barbier semble quant à lui s'autoattribuer un billet d'exonération de précaution lorsqu'il s'agit pour lui de régler quelque vieux compte avec Jean-Luc Mélenchon. Le bélître à l'écharpe rouge s'est ingénié à coucher sur son billet ce qu'il a trouvé de plus délicat, au fins de brosser avec finesse, courtoisie, distinction et modération le portrait le plus exquis qui fût établi du candidat de la gauche de senestre.
    Extirpons quelques échantillons de la diatribe éditée par le carlabrunesque turlupin :
    – Verbe haut et idées courtes, mi-tribun, mi-guignol, le candidat du front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, monte dans les sondages.
    – plus dans les salons que dans les usines -, la mode est au mélenchonisme. [ pour M. Barbier, qui possède sans conteste une connaissance approfondie des salons parisiens, la campagne du Front de Gauche prend des allures de guerre en dentelles… ]
    – il y a en lui de la légitimité populaire et un air, si français, de barricades.
    – Jean-Luc Mélenchon aime les effets de manches, y compris les manches de pioche, mais le plus grave est ailleurs: son idéologie, trotsko-marxo-protecto-nationaliste, pourrait bien polluer l'éventuel quinquennat de François Hollande.
    – Le communisme mordu par Mélenchon, c'est un peu comme un vieux dragon qui aurait attrapé la dengue - ou la rage
    In cauda delirium : Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon s'appelle François Hollande.
    Effectivement, m'est-il nécessaire de confesser que « l'humour noir, et les plaisanteries douteuses » de M. Barbier ne me plaisent guère ?…

  • Allez savoir pourquoi…

    Bon. Autant l'avouer dès à présent, je n'ai pas regardé le « débat » opposant Marine La Pen, passionaria des cerveaux reptiliens, héraut d'un électorat que Jean-Jacques Servan-Schreiber se plaisait à qualifier de « parti des analphabètes », à Jean-Luc Mélenchon, que je ne trouve nullement antipathique. Comme je n'étais pas planté face à mon fenestron digital dans la soirée d'hier, il m'était bien facile d'en programmer l'enregistrement. Cependant, ce ne fut pas le cas. Ainsi donc, M. Mélenchon tenta d'entrer en liaison avec la duchesse de Montretout, sans arriver à faire tourner la table, cependant que ladite duchesse s'essayait au supplice de l'eau minérale et à la lecture ostentatoire de journaux populaires.
    Les réactions et autres commentaires qui ont suivi ce non-événement, ainsi que les images diffusées ce matin m'ont tout de même fait penser à une scène d'un film de Jean-Luc Godard

    ainsi qu'à une chanson de Brigitte Fontaine et Jacques Higelin…

     Allez savoir pourquoi…

  • Le diable noir

    Il y avait, dans le village du Perthois où j'habitais quand j'étais enfant, un bon cheval de trait, à qui l'on avait donné le nom de Bijou, qui était employé, entre autre, à tirer un tombereau destiné au ramassage des ordures ménagères. On m'avait confié que ce cheval était très vieux, et que viendrait sous peu le temps où il serait mené à l'abattoir pour terminer dans des assiettes. Cela ne m'enchantait pas du tout d'imaginer ce brave Bijou débité en tranches de steaks, et dès ce jour, je pris l'engagement de ne jamais consommer de la viande de canasson…
    Quelques années plus tard, on put entendre sur les ondes une chanson qui commençait ainsi :
    « Il s'appelait Stewball, C'était un cheval blanc, Il était mon idole, Et moi, j'avais dix ans »
    Tout petit, je passais mon temps à recopier les illustrations d'une encyclopédie du dessin, et particulièrement de chevaux, au pas, cabrés, trottant ou galopant. Le cheval dont il sera question dans les lignes qui suivent, n'était pas blanc, ne se nommait point Stewball, n'était pas plus mon idole, et j'avais plus de dix ans quand j'entendis parler de lui pour la première fois.
    Non, c'était un grand cheval.
    6210_1172243101.jpgUn très grand cheval bai brun que le propriétaire avait acquis pour la somme relativement modeste de 10.000 francs, autant dire pour une bouchée de pain, mais qui fut sans conteste un placement fort avantageux, tant il rapporta du fait de ses nombreux succès de tout premier ordre.
    Je ne sais pas pourquoi, mais en entendant le nom de cet animal, prononcé par Léon Zitrone qui commentait alors la retransmission du Prix d'Amérique 1971, ma curiosité fut aiguisée, tant son nom sonnait si bien qu'il me semblait qu'il était impossible qu'il ne devînt pas mon favori. Il paraît que les pronostiqueurs ne voyaient que par Une de Mai, dont le propriétaire et l'entraîneur, animés par un goût de la communication, très prisée de nos jours, ouvraient largement box et terrain d'entraînement aux reporters hippiques, quand l'entourage du grand cheval noir interdisait tout accès aux importuns. Ce fut le « diable Noir », qui avait terminé en quatrième position l'année précédente, qui remporta la course, il ne pouvait en être autrement.


    À cette occasion, on apprit qu'en 1969 sur le chemin du retour d'une importante course sur l'hippodrome d'Agano, à Naples, le grand Prix de la Loterie, course où il finit juste derrière la somptueuse Une de Mai, le wagon qui le transportait resta immobilisé durant près de 24 heures. Il faisait un froid de canard quasi sibérien sur la ligneferroviaire d'altitude, et les douaniers avaient scellé les portes, sans se rendre compte que leur geste machinal conduirait à un drame. En compagnie de Roc Wilkes, il lutta contre le froid durant des heures et des heures : son lad tenta avec l'énergie du désespoir de garder l'animal en vie, le frictionnant avec vigueur sans désemparer. Roc Wilkes ne put survivre à cette épreuve…
    Depuis sa nuitée glaciale dans ce  wagon frigorifique de circonstance, où son compagnon, le lad Alain Blu avait su, à force de frictions énergiques, lui éviter la mort, le crack ne pouvait vivre sans ange-gardien. Une fois le cheval retiré de la compétition, l'étalonnier Albert Roumy-Goujon prit le relais du sauveteur du champion.
    Quinze années après l'arrêt de la compétition du champion, celui qui était autrefois son protecteur de tous les instants se rendit au haras où l'animal finissait tranquillement sa vie. Lorsqu'il aperçut son sauveur, Tidalium Pélo se dirigea sans hésiter vers celui à qui il devait d'être encore vivant, s'arrêta et posa délicatement sa tête penchée sur l'épaule du lad, comme l'eût fait le lion d'Androclès…
    Il se raconte que  Tidalium Pélo serait décédé le jour de ses trente ans, le 30 avril 1993, lors d'une brève escapade de son gardien bien aimé. Son cœur était paraît-il trois fois plus gros que celui des autres chevaux de course.
    Tidalium Pélo, le « Diable Noir » était un tendre, et certainement pas un mauvais cheval…


    Illustration provenant de : http://www.courses-france.com

  • « Rentre dans ton pays, bougnoule !»

    Celle-là, on ne me l'avait jamais faite ! Certes, par le passé, en quelques occasions, on sut me faire pointer qu'il émanait de ma personne un sentiment d'étrangeté : visitant il y a fort longtemps le Rijksmuseum d'Amsterdam, un gardien adressa à mon endroit quelques paroles identifiables comme du yiddish. Lui répondant le plus aimablement possible, il me fallait lui confier que je n'avais point saisi le fond de son propos. Lors il me retourna, dans un parfait français : « je croyais que vous étiez juif, comme moi»… Le temps passant, et chemin faisant, ce fut un douanier italien de la frontière italo-helvète qui engagea une conversation que je prenai pour tout aussi aimable, sans que j'en saisisse cependant un traître mot, alors qu'il estimait, de visu, que je devais être familiarisé depuis longtemps avec la langue de Leopardi.  Quand il comprit que le sens de ses paroles m'échappait, il se résolut à adopter un ton plus administratif : — Passaporte !…
    Bien des années plus tard, ce fut un Arménien, réfugié dans ma ville, qui évalua, avec une quasi certitude, qu'il était impossible que je ne partageasse pas avec lui les mêmes origines…
    Auparavant, me promenant dominicalement dans les rues de la capitale, m'arrêtant un instant devant la préfecture de police, un gardien me confia quelques mots dans une langue qu'il estimait nous être commune, le corse…
    Pour éviter de vous lasser, la liste des exemples s'arrêtera là. (Pour juger de l'aspect de ma bobine, voir. Bon, d'accord, l'image date un peu…)
    Jusqu'à ce que, ce dimanche dernier à dix heures cinquante, où au milieu du passage pour piétons menant du pied de ma porte au trottoir d'en face, je vis arriver à vive allure un puissant 4x4 Volkswagen Touareg de couleur noire, immatriculé 866 Alpha-Tango-Lima, dans mon département, et je compris que le pilote n'entendait point décélérer. C'est le cœur brisé qu'il consentit à piler net à quelques centimètres de mes genoux, en arborant au passage un grand sourire, comme s'il venait de réaliser un exploit… Je me retrouvai ainsi, tel cet étudiant de la place Tien An Men immobilisant une colonne de blindés…
    tien_an_men.jpg
    Quelques instants plus tard, le tankiste improvisé s'arrête et baisse la vitre latérale, me jetant, magnanime : — je m'excuse !
    Je lui réplique alors qu'il lui est bien aise de s'excuser lui-même, alors qu'il me revenait de juger si cela entrait dans mes souhaits éventuels, en ajoutant qu'il avait en cette occurrence eu de la veine de ne pas perdre quatre points sur son permis d'écrabouiller autrui…

    La réponse fusa : — retourne dans ton pays, bougnoule !(*)
    Le vernis du quidam ainsi se craquela, ignorant au passage le sens du mot wolof dont il avait usé, mais révélant pour le moins son intention première : casser du barbaresque…
    À l'avenir, méfiez-vous des 4x4 Volkswagen Touareg de couleur noire, et notez bien le numéro de la plaque. Vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenus…
    (*) Parmi mes milliers d'ancêtres authentifiés, l'individu né le plus au sud est originaire d'Allerey, dans le département de Côte d'Or…

    [ cette note est la 400e de ce blogue ]