Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 octobre 2013

Déjà du Mélenchon couvait sous ce Drucker…

Savez-vous qui était Denise Glaser ? Si par hasard – et aussi un peu par chance – vous êtes trop jeune pour avoir connu  cette courte dame brune, vous pourrez apprécier ici ce que pouvait représenter la mise en avant télévisuelle de réels talents, quand ceusses à l'image d'icelle, s'ingéniaient à faire parler des gens de valeur plutôt qu'à inviter çà et là qui Gilbert Bécaud, Dalida, Jean Lecanuet, qui Raymond Marcellin, comme eût pu le faire, s'il avait été vieux à cette époque, M. Michel Drucker…
Michel Drucker eut l'occasion de se distinguer, en juin 1983,  par un manifestation débordante de générosité pour les obsèques de Denise Glaser, où il refusa tout bonnement d'assister, alors qu'on l'avait invité à l'honorer de sa présence…
L'émission de France 5, C à vous invitait mardi 8 octobre, en compagnie d'autres turlupins, le receveur de notoriétés et faiseur de standingue-ovécheunnes, dont la compétence à commenter les rencontres du Mondial de foot de 1970 n'a rien perdu de son charme, ni son baratin de son éclat… Ledit Michel, comme à son habitude, nous parla du bon vieux temps. Et ainsi qu'à l'accoutumée, il entonna un autre couplet que celui qu'il livra il y a quelques années, s'autoportraiturant en modeste comparse de M. Jean-Paul Sartre, perché sur une chaise hélant le badaud aux fins de lui fourguer, ne riez pas, la Cause du Peuple,
La_cause_du_peuple_5.jpg
le tout dès 1968, comme de bien entendu…
Cet insoupçonnable Leonard Zelig nous fournit, en ce 8 octobre 2013, une révélation tout aussi stupéfiante : il défilait maisoixantehuitement aux côtés de Daniel Cohn-Bendit, de Henri Krasucki et de Jean Ferrat, Yves Montand et Jacques Duclos au cris de libérez l'ORTF, CRS=SS !… On y croit ! Il n'y a pas à redire, du Mélenchon couvait sous ce Drucker…

Comme on l'aura lu un peu plus haut si l'on s'est penché sur les détails de la fiche de Dame Denise, qui était peut-être maladroite mais plutôt bien à gauche, sa mise à l'écart de l'ORTF fut apparemment plus pénible que celle de l'ami Drucker, malgré son passé gauchiste. Lequel se targue d'avoir « été viré » pour fait de grève en 1968, ce qui, quoiqu'un tantinet amplifié,  ne paraît pas tout à fait inexact. En revanche, il officiait de nouveau en 1969 sans trop de dommages pour lui, un peu moins, tout de même, pour le service public…