Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 septembre 2013

Gens raisonnables & agitateur public…

Après la mise en examen de M. Stephan Türk bijoutier niçois, dans un premier temps victime d'un hold-up, puis auteur d'un coup de feu mortel, blessant mortellement dans le dos le braqueur qui prenait la fuite, une fois son larcin perpétré, des réactions de soutien audit bijoutier-flingueur se sont accumulées sur le réseau social FaceBook, avec une avalanche de mentions « j'aime » sur une page consacrée à ce macabre fait divers.
Il est intéressant de noter que certaines personnalités exerçant des responsabilités publiques se sont exprimées, en cette occasion, en faisant preuve de sollicitude, de modération et de sang-froid.
Ainsi aurait-on pu entendre M. Valls déclarer : «  il y a toujours eu des gens qui se sont laissé dominer par leur sentiment. Et un sentiment qu'on peut comprendre : ne faisons pas semblant. on peut parfaitement comprendre, qu'on se dise que quelqu'un qui est agressé, qui a eu peur, se défende, et se défende s'il a une arme. Raison pour laquelle il ne faut pas distribuer d'arme,[ et l'utiliser ] en tirant. »
Pour sa part, Monseigneur André Vingt-Trois, dans sa grande sagesse, aurait, semble-t-il, précisé : « Mais moi je demande qu'on réfléchisse d'une manière morale et civique : est-ce que vous êtes certain que cet homme est content d'avoir tiré sur son agresseur ? Moi je fais le pari que non ! »
Madame Simone Veil aurait expliqué pour sa part : « Je pense que cet homme vous dira, s'il est honnête, j'ai fait ce qui m'a semblé, sur le moment, indispensable de faire pour me défendre, mais je n'ai pas de plaisir a avoir tué quelqu'un. »
Quant à M. Michel Rocard, ancien Premier ministre, il aurait dit : « Je ne connais pas de personne qui ait du plaisir à tuer quelqu'un d'autre. J'ajoute ceci : qu'après des gens se sentent solidaires avec lui est une autre question… »
M. François Bayrou, pour sa part, se serait exprimé ainsi : « nous tous, citoyens, nous devons nous dire que le justice n'est pas la vengeance, et qu'il ne faut pas que chacun se rende justice, sinon nous vivrons dans une ambiance de violence permanente, chacun évaluant ce qui lui paraît être juste. »
Évidemment, des voix discordantes se sont également fait entendre, et on ne s'étonnera guère de la violence des propos incontrôlés et irresponsables de l'agitateur public, M. Jean-Luc Mélenchon, dont l'idéologie incendiaire et pousse-au-crime sont à l'antipode de ce qu'attendent les citoyens paisibles de notre beau pays : écoutons-le cracher son venin et vomir sa haine au sujet ce l'affaire du bijoutier niçois.
 Voilà la transcription du passage en question [ Veillez à tenir les enfants éloignés de votre écran ] :
il y a toujours eu des gens qui se sont laissé dominer par leur sentiment. Et un sentiment qu'on peut comprendre : ne faisons pas semblant. on peut parfaitement comprendre, qu'on se dise que quelqu'un qui est agressé, qui a eu peur, se défende, et se défende s'il a une arme. Raison pour laquelle il ne faut pas distribuer d'arme,[ et l'utiliser ] en tirant. Mais moi je demande qu'on réfléchisse d'une manière morale et civique : est-ce que vous êtes certain que cet homme est content d'avoir tiré sur son agresseur ? Moi je fais le pari que non ! Je pense que cet homme vous dira, s'il est honnête, j'ai fait ce qui m'a semblé, sur le moment, indispensable de faire pour me défendre, mais je n'ai pas de plaisir a avoir tué quelqu'un. Je ne connais pas de personne qui ait du plaisir à tuer quelqu'un d'autre. J'ajoute ceci : qu'après des gens se sentent solidaires avec lui est une autre question. Mais nous tous, citoyens, nous devons nous dire que le justice n'est pas la vengeance, et qu'il ne faut pas que chacun se rende justice, sinon nous vivrons dans une ambiance de violence permanente, chacun évaluant ce qui lui paraît être juste…

15:02 Écrit par boeufquipleure | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |