Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dupont-Moretti, l'avocat du diable…

On se plaît à l'imaginer, prenant, alors enfant, un plaisir fou à démonter les réveille-matin. On l'entrevoit aisément déposant, armé de méticulosité, chaque élément du complexe mécanisme, examinant avec soin le moindre engrenage de l'appareil, déposant ensuite l'ensemble des pièces dans une boîte, pour finalement nous assener l'apophtegme absolu : « ça ne marche pas ». Effectivement, un réveille-matin ainsi démonté aura -sauf à être remis en ordre de marche par un horloger qualifié- peu de chances de fonctionner à nouveau. Ainsi semble fonctionner Me Dupont-Moretti, et ses démontages spectaculairement mis en scène sont invariablement plus rock'n roll que ne le seraient les laborieux remontages d'un artisan œuvrant dans les règles de l'art.
Ne nous y trompons pas, Éric Dupont-Moretti, dans sa prestation à Ce soir ou jamais du vendredi 29 mars 2013, a semblé prendre la défense de Nicolas Sarkozy, englué dans le bourbier de l'affaire Bettencourt. Or, on le sait, Dupont-Moretti n'est pas le défenseur attitré de l'ex-histrion élyséen, et il est peu probable qu'il fût en quoi que ce soit mandaté par icelui pour apparaître dans les fenestrons ainsi que son conseil.
Rappelons quelques caractéristiques de notre bonhomme :

  1. M Dupont-Moretti est un avocat pénaliste qui est bien connu pour défendre les causes désespérées.
  2. Il est passé expert dans l'art de mettre en exergue le moindre vice de procédure, au point de faire passer pour souris une montagne et de transformer tout aussi habilement une montagne en souris. Détecter les failles, y placer un coin, et travailler ensuite au moyen de lourds mouvements de cognée.
  3. Tout bon avocat doit démontrer qu'il est apte à défendre les causes les plus désespérées. Au fond, il fallait bien un défenseur au Maréchal Pétain, à Barbie, à Göring ou à Pinochet… Ert ceux qui ont assuré la défense de ces crapules n'étaient pas pour autant des crapules du même tonneau. Dans le domaine de la défense des condamnés d'avance, Me Aquittator détient pour sa part, c'est manifeste, un palmarès à rendre jaloux des générations de ténors du barreau.

Ce en quoi E. D.-M. est d'une utilité publique incontestable, c'est qu'il montre à quel point la justice devrait faire gaffe à se garder d'offrir les verges pour se faire battre.
En choisissant de prendre la parole au sujet de l'affaire Bettencourt-Sarkozy, notre bouillant Éric a d'une part, donné une belle leçon à son confrère Thierry Herzog en démontrant qu'il s'y était quelque peu pris comme un manche, tant les angles d'attaque, évidents pour Dupont-Moretti, n'ont pas frappé l'esprit du défenseur de Sarkozy, qui s'est engouffré dans un premier temps dans un périlleux recours en nullité, avant de s'arc-bouter sur la pédale de frein, et conseillé aux pitbulls d'arrêter de mordre, autorisant néanmoins d'autres reptiles, comme l'a fait récemment Jeannette Bougrab, à répandre du venin contre les juges de cette affaire.
Ainsi va la vie, c'est Thierry Herzog qui défend Sarkozy…
On s'en sera douté, Big Éric s'est surtout, en cette occasion, offert une interessante page de publicité…

Les commentaires sont fermés.