Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 mars 2012

À consommer avec modération…

« Bonjour, Votre message a été modéré. L'humour noir et les plaisanteries douteuses peuvent être très mal pris dans certaines circonstances. Merci de bien vouloir reformuler votre commentaire en ce sens. Bien à vous, Eric Mettout Rédacteur en chef LEXPRESS.fr 01 75 55 14 66 emettout@lexpress.fr »
Also schrieb M. Mettout, rédac-chef de l'Express.
Diantre ! Quelle ignomignieuse mienne saillie aurait donc provoqué le courroux de M. Mettout ?
Voilà, voilà. Je m'en vas vous conter l'affaire. Chaud devant… : « Quel dommage que l'assiette de matière fécale se soit abattue négligemment sur la face de Jean-Michel Ribes. Elle aurait tant sis à la face de Christophe Barbier, qui aurait pu nonchalamment s'essuyer avec l'écharpe rouge offerte par Carla... Courage, Christophe, vous serez quelque temps dans l'opposition, et on mesure quel goulag moral vous allez devoir endurer pendant ces trop longues années à venir. Voulez-vous un mouchoir ?... ».
Est-il indispensable de préciser que mon commentaire faisait incidemment référence au fait d'actualité dont ( l'excellent ) Jean-Michel Ribes avait été victime très récemment ? Pas de problème, je compatis au sort de Jean-Michel Ribes.
La mention au bas de l'article mentionnait l'avertissement d'usage suivant : « Merci de ne pas poster de contenu raciste, xénophobe ou incitant à la haine.» Sage précaution…
Dans un autre article, le comédien salonnard amateur Christophe Barbier semble quant à lui s'autoattribuer un billet d'exonération de précaution lorsqu'il s'agit pour lui de régler quelque vieux compte avec Jean-Luc Mélenchon. Le bélître à l'écharpe rouge s'est ingénié à coucher sur son billet ce qu'il a trouvé de plus délicat, au fins de brosser avec finesse, courtoisie, distinction et modération le portrait le plus exquis qui fût établi du candidat de la gauche de senestre.
Extirpons quelques échantillons de la diatribe éditée par le carlabrunesque turlupin :
– Verbe haut et idées courtes, mi-tribun, mi-guignol, le candidat du front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, monte dans les sondages.
– plus dans les salons que dans les usines -, la mode est au mélenchonisme. [ pour M. Barbier, qui possède sans conteste une connaissance approfondie des salons parisiens, la campagne du Front de Gauche prend des allures de guerre en dentelles… ]
– il y a en lui de la légitimité populaire et un air, si français, de barricades.
– Jean-Luc Mélenchon aime les effets de manches, y compris les manches de pioche, mais le plus grave est ailleurs: son idéologie, trotsko-marxo-protecto-nationaliste, pourrait bien polluer l'éventuel quinquennat de François Hollande.
– Le communisme mordu par Mélenchon, c'est un peu comme un vieux dragon qui aurait attrapé la dengue - ou la rage
In cauda delirium : Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon s'appelle François Hollande.
Effectivement, m'est-il nécessaire de confesser que « l'humour noir, et les plaisanteries douteuses » de M. Barbier ne me plaisent guère ?…

10:10 Écrit par boeufquipleure | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |