Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un malade temporaire, c'est… | Page d'accueil | L'histrion et le turlupin »

mercredi, 30 novembre 2011

Ça gratouille Téheffun ou chatouille l'Huemmepée ?

« Les sots ont cela d'impardonnable qu'ils font éprouver de l'indulgence pour la méchanceté.»  (Villiers de l'Isle-Adam, citant lui même un autre auteur, dont j'ai oublié le nom…)
La sémillante Rachida Dati, de sympathique mémoire, avait œuvré pour la mise en place d'une loi rétroactive d'application immédiate. (Comparez à l'occasion avec le bandeau en sous-titre de ce modeste blogue, et vous comprendrez à quelle époque débuta la funeste carrière du Bœuf Qui Pleure…)
C'est beau, c'est bien, c'est généreux, c'est magnifique !
Les déchets de la société, les cancrelats, la vermine, parias gueux et hors-caste n'ont qu'à bien se tenir.
Désormais, nécessité faisant loi, la populaire loi de Lynch s'applique de manière spectaculaire, efficace et prophylactique sur l'ensemble de notre braveterritoire.
Le ciel, aidé dans sa miséricorde et sa bienveillante générosité par Téheffun, sous le haut-commandement de l'Huemmepée, a donc permis que s'abatte sur les pédophiles cachés çà et là sur l'ensemble de notre braveterritoire l'inflexible vindicte, prouvant ainsi définitivement au monde entier notre plus haut degré de la civilisation.
Certes, on ne fait pas d'omelette sans casser quelques œufs, et  le décès, pour navrant qu'il soit, de ce retraité de Brest ne doit pas nous faire oublier qu'au bout du compte, cet innocent était un coupable en puissance : « Tout porte à croire qu'il y a eu une interprétation de ce geste par d'autres parents de bonne foi par rapport à ce monsieur qui avait l'habitude d'évoluer autour de l'école », a souligné le policier…
De surcroît, ce regrettable incident aura eu le bon goût d'éviter à ce retraité une pénible garde à vue, au cours de laquelle il aurait fini par avouer avoir tondu d'un pré la largeur de sa langue, qui sait ?…
De bonne foi. Puisqu'on vous le dit…
« Qu’est ce qui passe ici, si tard ? Compagnons de la Marjolaine.
Qu’est ce qui passe ici, si tard ? Gai, gai, dessus le quai.
C’est le Chevalier du guet,Compagnons de la Marjolaine.
C’est le Chevalier du guet, Gai, gai, dessus le quai…

16:08 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Juste une petite remarque de forme : les joues des parenthèses se collent aux mots ! donc on a (blabla) et non ( blblabla ). Pour le reste, contente d'apprendre enfin l'origine du sous-titre mystérieux de ce blogue.

Écrit par : ALiCe__M | mercredi, 30 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

Pour une fois, je ne vais pas suivre votre conseil ; 0 ) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillemets sauf si, au passage, les gabelous de la typographie m'enjoignent de coller au plus près…
Vous semblez confondre avec les bidules anglais " " qui se doivent de coller serré avec le texte.
Pour le titre, ça viendra plus tard…

Écrit par : Olivier | mercredi, 30 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

Pourtant la page à laquelle vous renvoyez note ses parenthèses de la manière que je préconise (celle-ci). A l'intérieur des parenthèses, les mots se collent à elles.

Écrit par : ALiCe__M | mercredi, 30 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, quelque diable aussi me poussant à confondre lamentablement guillemèses et parentets, et voilà le travail ainsi bâclé, piétiné, ni fait ni à faire. Je veux et j'exige qu'on m'octroie au plus bref quelques jours de vacances. Reste que je sais désormais que l'espace insécable est formée au moyen de la combinaison alt+0160…

Écrit par : Olivier | mercredi, 30 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

L'origine du titre du blogue est à rechercher là http://www.lefigaro.fr/conso/2008/01/16/05007-20080116ARTFIG00438-leclerc-veut-chasserla-vache-qui-rit.php
Voilà ce qui arrive quand on tombe sur ce genre de baliverne le matin au réveil et qu'on entreprend la réalisation d'un blogue. Pas de titre dans la tête, alors on prend ce qui vient avec un peu de modification, et le tour est joué…

Écrit par : Olivier | jeudi, 01 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet