Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mozart précurseur impressionnant ! | Page d'accueil | Indépendance énergétique… »

lundi, 10 janvier 2011

Oh ! Daniela…

cruche.gifAprès des débuts sympathiquement prometteurs dans l'émission «l'Oreille en Coin» sur France Inter, la charmante présentateuse Daniela Lumbroso a époustouflé ses innombrables admirateurs en réalisant un sans-faute digne du goutte-à-goutte d'un robinet d'eau tiède. Estimant -probablement à juste titre- que ses compétences médiatiques étaient utilisées par trop en deçà de la valeur de son immense et incontestable talent, la Remarquable s'en alla conter l'ignominieuse et irrévérencieuse outrance, jusqu'aux ors de l'élyséen palais, voie directe ouvrant aux généreuses attributions de colifichets kozyques.
En deux temps et trois mouvements, Chabadabada naquit et reçut l'onction présidentielle sur les fonts publics…
Or, il se trouve que, justement, et par le plus grand des hasards, la Délicieuse eut à recevoir, en ce premier dimanche après l'épiphanie, un auteur-compositeur-interprète redoutablement sarkolâtre dans les fauteuils de ladite émission dominicale.
Bon, pour être totalement honnête, je m'en vas vous préciser que je n'avais pas choisi de regarder cette indispensable émission, mais, voyez-vous, parfois, en appuyant sur le connecteur de la tévé, il arrive qu'on tombe miraculeusement sur une pépite…
Ainsi donc, ledit chanteur ultimait l'un de ses vénérables succès, et, alors que le chauffeur de salle panneautait -hors cadre- «applaudissez !», la Succulente envoyait tout à trac, et sans ambages :
— Éternel adolescent… ce qu'on a envie de chanter autour d'un feu de bois…
[D'aucuns eussent déclaré en l'occasion : «notre magot prit pour ce coup le nom d'un porc pour un nom d'homme…»]
Le coup passa si près que le chapeau, que Barbelivien ne portait heureusement point, faillit choir… En excellent professionnel de l'esbrouffe, ledit Didier s'en tira avec maestria, usant d'une pirouette habile qui fit passer la maladresse pour un compliment.
Bel avertissement à ceux qui feindraient de croire que le sarkophile aurait tendance à s'atomiser avec la popularité déclinante du Little Chief. Gare ! il pourrait bien retomber, à l'instar de Didier Barbelivien, bien à plat sur ses pattes…

09:45 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet