Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J'suis Snob ! | Page d'accueil | Mozart précurseur impressionnant ! »

samedi, 04 décembre 2010

La démocratie selon MM. Gbagbo, Bouche et Langue…

L'analyse des récents développements de l'actualité traitant des élections présidentielles en Côte d'Ivoire devrait nous inciter à une réflexion empreinte de confiance, de sérénité, d'apaisement et de satisfaction.
Comment ne pas croire, en effet, que l'attitude du conseil constitutionnel ivoirien, composé de sages insoupçonnnables -puisque proches du président Gbagbo- était mue par le désir de ne pas tomber dans le piège grossier tendu par les opposants du chef d'état en place, dont les mauvaises intentions évidentes des partisans de M. Ouattara ont été repérées et traitées, ainsi qu'on s'accorde à le penser, avec la pondération qui s'impose pour ce qui concerne les affaires les plus importantes des démocraties modernes ? Car, à bien y regarder, cet événement, salué par notre monument de sagesse Jacques Langue, démontre à qui voudrait encore en douter que la Côte d'Ivoire a enfin compris les leçons de démocratie insufflées cette dernière décennie de façon éclatante par les États-Unis d'Amérique, la République française et la Communauté Europénne.
Comment ne pas voir dans le Traité de Lisbonne, ratifié par la France à la suite à l'erreur du peuple français lors du référendum du 29 mai 2005 -faute heureusement corrigée par le congrès de Versailles, honteusement nommé «coup d'état simplifié» par l'obscur M. Dupont-Aignan - une salutaire rectification venant atténuer les conséquences d'une errance populaire désastreuse.
Comment ne pas saluer l'obstination de la Communauté Européenne à remettre plusieurs fois sur le métier un ouvrage que refusait catégoriquement la populace irlandaise ?
Comment ne pas s'enthousiasmer devant le verdict faisant suite au scrutin étasunien du 7 novembre 2000 officialisant la victoire de M. George Deubeliou Bouche, lequel montrera, lors de ses deux mandats successifs, que ce grand pays tenait en lui un homme d'état d'une trempe exceptionnelle ?
On pourrait encore citer, ce qui ne sera pas fait ici pour ne pas vous lasser, d'autres exemples où des dirigeants inspirés ont su, avec sagesse et discernement, corriger les excès d'une coupable intempérance populaire.
En sorte que, à l'occasion de l'élection transparente et indiscutable de M. Gbagbo, reconduit à la tête de la Côte d'Ivoire, nous nous réjouirons unanimement et définitivement de l'entrée de son pays dans le cortège des plus grandes démocraties de la planète…

08:07 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet