Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« «Il va falloir se faire à l'idée que…» | Page d'accueil | C'était ma mère… »

mardi, 21 septembre 2010

Menu Fretin

Minuscule géant d'avenir incertain
Dressé sur ses ergots, diablement cabotin
Hardi dans ses paroles pour faire le coup de main
Nicolas bille en tête chasse les clandestins

Mélangeant hardiment tziganes et Roumains
Son ami Hortefeux envoie ses spadassins
Quelques chevau-légers et fusiliers marins
Pour déloger les Rroms des quartiers suburbains
 
Et le bruit se répand au delà de Quiévrain
Dans la proche Helvétie, chez nos voisins germains
Et même au Luxembourg, petit pays mesquin
Qu'en France on userait de procédés malsains

Que l'on déporterait, ce qui est inhumain
Harcelant méchamment le peuple pérégrin
Tziganes et gipsys, gitans et Bohémiens
Sans même respecter les moindres droits humains

Tancé par Barroso obscur Lusitanien
Lors on vit Nicolas, dans un élan soudain
S'en prendre à une dam' d'un nain état voisin
Dédouanant Hortefeux qui déblaie le terrain

Et puis vient Marini et ses gros escarpins
Qui voulant trop complaire au président divin
Traite le Luxembourg ainsi que vil crottin
Contestant l'existence de ce pays faquin

Sénateur potinier et courtisans mondains
Alimentent le feu de propos assassins.
Pour éviter d'armer zouaves, fantassins
Un pardon de Fillon fera l'eau de boudin

Faire entendre raison à ses contemporains
Est fort trop  délicat pour notre souverain
Face aux journaux prenant ce plaisir vipérin
À le faire passer pour du menu fretin

12:07 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ce blog m'était passé sous le nez, que de temps perdu.
Hop, dans les marque-pages.

Écrit par : Claudius | mardi, 05 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet