Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« « On est à l'abri de rien dès qu'on sort de chez soi…» | Page d'accueil | Menu Fretin »

jeudi, 16 septembre 2010

«Il va falloir se faire à l'idée que…»

«Il va falloir se faire à l'idée que…». Cette phrase, qui revient comme une sempiternelle rengaine, a déjà été usée jusqu'à la corde au sujet de la réforme sur le financement des retraites, avec le succès que l'on connaît. On a un embryon de petite idée de l'enjeu au travers de cette exquise conversation bourgeoise ( considérant néanmoins, en cette occurrence, que ce que dit Paul Jorion m'agrée un poil meilleurement que ce que nous tartine l'occidental Madelin) :

À présent, c'est au tour de la sécurité sociale de passer sous les fourches caudines des bourreurs de mou, comme ce midi sur BaliverneTV, où un présentateur-VRP nous a assené l'universel catéchisse, en rappelant que le déficit est abyssal, que tout le monde va être concerné  -«c'est i-né-vi-table»- pour cracher au bassinet (sans -et c'est bien naturel- mentionner les culs cousus d'or et porteurs de génitoires du même métal bénéficiaires du bouclier fiscal) et que c'est depuis la nuit des temps que nous sommes engoncés dans cette calamiteuse situation.
Sauf que…
Sauf que, à ce sujet, la dernière époque où la sécu était en équilibre, c'était lors du tragique épisode trotsko-bolchevique de la gauche plurielle, soit dans les années 2001-2002-2003, autant dire à une époque antédilluvienne, où la France était à feu et à sang…
Une question : pourrait-on -par exemple- offrir au présentateurs de journaux parlés ou télévisés une paire de rétroviseurs  ( en sorte qu'ils puissent encore avoir en tête les événements les plus mportants de la dernière décennie, ou tout simplement un abonnement internet de manière à consulter, de temps à autre, des informations un peu plus fiables que leurs calembredaines préformatées ?
«Faisons-nous donc à l'idée» qu'on va devoir ingurgiter des quantité de ce breuvage provemant du même tonneau et «qu'il faudra bien se faire à l'idée» qu'on va nous niquer voluptueusement la sécurité sociale pour «réformer» la France en l'expurgeant de ses pesanteurs néfastes issues du programme du conseil national d ela Résistance…

16:00 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet