Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La vulgarité scientifique ne passera pas | Page d'accueil | Le Baron Rouge enfin honoré par la France »

vendredi, 30 avril 2010

Un chiffon fond, fond…

Des perdreaux passent dans la rue
Ils voient au volant Belphégor
Dont un chiffon bouche la vue
Puis d'une amende la décorent
Belphégor
Hortefeux a tout entendu
Le ministre parle haut et fort,
Assène un argument massue
Jusqu'à la nuit depuis l'aurore

Le sarrazin, boucher barbu
Serait polygame, et encore
Il aurait fraudé tant et plus
L'argent public, un vrai trésor

Les bergères de l'individu
Formeraient un vrai quatuor
Amassant des aides indues
Une fortune, sans effort

Vers le mari Brice se rue
Usant d'accents de matamore
Pour lui ôter sans retenue
De menus papiers tricolores

L'Auvergnat marri et déçu
S'agitant tel un sémaphore
Apprend que le fier malotru
Innocenté résiste encore

Juste pour un malentendu
On a tous vu ce matador
Prendre une corne dans le nez
Et s'envoyer dans le décor

envoi

Que n'avons-nous pas entendu
On parle à travers et à tort
C'est pour un excès de tissu
Dont on veut limiter le port…

19:17 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belphégor, hortefeux, voile intégral |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet