Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'art de tirer le portrait | Page d'accueil | Un chiffon fond, fond… »

vendredi, 16 avril 2010

La vulgarité scientifique ne passera pas

Ne soyons pas dupes. Sous couvert de vulgarisation scientifique, la revue clandestine écologico-crypto-gauchiste La Hulotte, bien connue des services de police, continue à sévir, faisant des ravages parmi les les jeunes cerveaux réceptifs à la pire propagande remarquablement étalée et  se livrant à l'attaque sournoise et maléfique  d'une population sans défense.
Sous couvert d'information concernant les us et coutumes d'une faune particulièrement discutable, usant en apparence d'une présentation avenante, il n'en reste pas moins que les preuves du complot sont flagrantes.
Ainsi, en page 38 de la dernière livraison de l'opuscule criminel, un dessin légendé laisse apparaître avec certitude l'implication du forban Pierre Déom, puisqu'il faut bien désigner par son nom l'auteur de cette ignominie. Un frelon y est représenté, lisant un journal. Le texte de la revue est nettement lisible. Que peut-on y lire ?
Hulotte_frelon.jpg
«Nouveau crime du Frelon : 1 mort. Très forte émotion hier à Euilly-Lombut où le frelon a fait une nouvelle victime. Le ministre de l'Intérieur s'est rendu sur place et a annoncé qu'une nouvelle loi, plus répressive serait votée la semaine prochaine.»
De toute évidence, il s'agit là d'une attaque en piqué, ciblée à l'endroit de notre bien-aimé et brave ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, qui, pendant qu'il se démène sous tous les fronts en sorte de réduire l'impact de la criminalité sur l'ensemble de notre territoire, voit son travail remarquable sali, honni, moqué et ridiculisé par des individus se prétendant vulgarisateurs scientifiques.
Honte à ces énergumènes ennemis de l'intérieur de notre Brave Patrie !
Pour mesurer l'étendue des dégâts provoqués par ce mal qui entend ronger l'âme de notre jeunesse, n'hésitez pas à vous rendre à cette adresse, afin de vous procurer ces documents accablants, et de distribuer l'information auprès du plus grand nombre.
L'heure est grave. Faisons œuvre utile en sachant décoder la plus profonde abjection contenue dans ces textes malsains.
Ainsi soit-il !

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet