Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

On connaît la chanson

Ce dernier dimanche a vu l'actualité marquée par de sombres nouvelles concernant directement deux artistes de la chanson, qui partageaient une certaine noirceur d'ambiance dans leurs productions respectives. À dire vrai, si je connais un peu quelques chansons de Bertrand Cantat, je ne connais de Mano Solo que les talents de batteur de son oncle Michel et la peinture de feu son grand père Marcel, et encore...
Faut tout de même pas exagérer : à l'écoute, je le reconnais cependant tout de suite, mais c'était juste pour dire que je n'accrochais pas vraiment. En fait, tant au sujet de l'annonce de la mort de Mano Solo que pour les commentaires relatifs au suicide de Kristina Rady, certains organes de presse s'en sont donné à cœur tristesse pour nous infliger des coquilles pas vraiment inspirées.
Ainsi Le Post.fr nous indique «Il n'y aurait pas eu de dispute entre le couple avant ce drame.» : cette curieuse phormule, au delà du bizarre «entre le couple», suggérerait-elle que Bertrand Cantat aurait été directement à l'origine de ce nouveau drame ? En filigrane, la question se profile : «était-il raisonnable de remettre en liberté un meurtrier n'ayant pas purgé la totalité de sa peine»...
Du côté de RTL, l'humour involontaire joue parfois des tours pendables. Jugeons-en à  ce billet.
« Elle a été retrouvée pendue à son domicile bordelais à la mi-journée. Elle avait soutenu le chanteur de Noir Désir lors de son procès à Vilnius en 2004».
Ce propos conchyliforme sera sans doute happé par mon ami Dominique dans sa prochaine récolte mercredique, mais que penser des connaissances médicales sommaires du rédacteur de l'Union – qui a repris la formule d'une dépêche – qui semble confondre anévrisme et rupture d'anévrisme, comme si on pouvait, par exemple,  confondre explosif et explosion...


Commentaires

  • Triste dimanche, en effet... Je trouve que votre "mercredique" n'est pas très heureux : il fait trop penser à merdique, alors que mercredi n'y est pour rien !
    Je propose mercredien, mercrediesque, mercrediste.

  • Rien de merdique là-dedans. Je crois que l'expression vient de Sébastien Fontenelle au sujet de Val. Mais ici, cet emprunt n'a pas la même ardeur moqueuse que celle du polémiste de Politis. La rubrique de Dominique, qui reprend les perles publiées dans le Canard, tout en procédant à certains ajouts, est plus paisible.
    Pour autant, vos propositions sont du même tonneau. Qu'auriez-vous écrit si j'avais proposé «mardique» si la publication avançait d'une journée ?

  • Je ne parlais que de la sonorité du mot bien sûr, ce n'était pas un commentaire sur les récoltes de Dominique.

  • C'est bien comme cela que je l'avais entendu.

  • Mercuriale aurait peut-être plus convenu, vu les divers sens de ce mot en justice. Mais on retombe aussi sur l'un des sens que n'aime pas Alice.
    http://www.cnrtl.fr/definition/mercuriale

    Mon père s'exclamait "Mer... credi". Le mot est un hypocoristique populaire et c'est ainsi que l'emploie Fontenelle.

Les commentaires sont fermés.