Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mano Negra | Page d'accueil | Un Bailly qui nous pèle le jonc »

vendredi, 27 novembre 2009

I am a poor lonesome president...

Probablement arrivé à Manaus à la rame, pour faire comme Maud Fontenoy et pour cause de conférence pour la lutte contre le réchauffement climatique, notre emblématique et charismatique prez' a donc éprouvé quelque difficulté à son arrivée en constatant que sur la vingtaine de boss escomptée, il ne furent que trois en arrivant au port. Lui d'abord, comme toujours, son pote Lula, et pour compléter ce tableau impressionnant, l'immense dirigeant du Guyana, dont il est inutile de rappeler le nom, tant la célébrité de ce chef d'état est incontestable.
ALeqM5gmBH3418eKPfPtrRiZ4ANRVFpA8w?size=l«Pas le temps !», aurait déclaré Hugo Chavez, qui avait eu le temps, il y a peu, d'aller faire une partie de bridge avec Ahmadinejad.

N'ayant pas de quoi se mettre un bout de sauvetage de la planète pour se caler l'estogomme, notre VRP franchouille a donc fait face à cette adversité écolo bon cœur militariste en relançant Lula afin que ses subordonnés ratifient dare-dare l'achat d'avions Rafale pour ne pas trop attiser l'ire de Serge Dassault, lequel commencerait à manifester quelques signes d'impatience auprès de son commercial planétaire...
Faute de grive, on mange des merles. Dira-t-on maintenant, «faute d'écologie, on vend des armes»

08:54 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manaus, prez', amazonie, climat |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet