Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Faut pas pousser Mamère dans les orties | Page d'accueil | Tremblez, glandeurs ! »

mardi, 27 octobre 2009

Paul Jorion émule de Sacha Guitry

Paul Jorion avait annoncé la crise des subprimes, et promettait que le système allait dans le mur si on ne prenait pas de véritables mesures sérieuses pour sauver ce qui peut encore l'être... Ce matin, il rappelait (sur France Culture ) qu'aucune des cinq mesures indispensables qu'il préconaisait n'a, jusqu'à présent, été initiée... C'est à dire en finir avec :

  • la diminution de la masse salariale
  • le grossissement du crédit
  • l'action de plus en plus parasitaire de la phynance
  • les mauvais modèles phynanciers
  • la titrisation

Une mesure semble lui tenir particulièrement à cœur : augmenter les plus bas salaires, en sorte de réinjecter immédiatement l'argent dépensé pour faire de nouveau tourner rond l'économie.
Sacha Guitry n'affirmait-il pas, dans le Roman d'un Tricheur (1936), qu'il fallait instaurer le «délit de provision sans chèque» pour lutter contre les plus fortunés qui amassent des richesses sans dépenser le quart de ce qu'ils possèdent ?

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet