Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mieux vaut péter en société... | Page d'accueil | Bougna »

mercredi, 09 septembre 2009

Un cheval borgne est cher

Percheron-marche1.jpgUn cheval de retour borgne est rare.

Élie Wiesel,-et pour bien marquer que ce qu'il dit est incontestable, il est rappelé au bas de l'article comme étant détenteur d'un titre de champion du monde catégorie Nobel de la Paix-joue au chamboule-tout avec Péan :
Wiesel : «Déjà dans le Préambule, il insiste sur sa conclusion définitive – et un peu trop simpliste – selon laquelle les chefs tutsis auraient été responsables de leur propre catastrophe qui, en fin de compte, est appelée génocide».

Tout ce qui est rare est cher.

Wiesel, toujours : «En fait, tout son volume progresse dans le même sens. Or, c’est exactement ce que les antisémites font si souvent : ils rendent les victimes responsables de leur malheur».

Traduction : Je ne dis pas que Péan est antisémite, mais vous comprenez qu'il est réellement antisémite... N'est-ce pas ?

Moralité : un cheval borgne de retour est cher.

Commentaires

Je ne comprends pas dit quoi dans ce billet et je me demande à qui il faut attribuer les propos prétendument dérangeants. Bref, je suis prêt à donner mon quitus à tout le monde, sauf à l'auteur du billet.

Écrit par : Dominique | mercredi, 09 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Vraiment, alors après le serpent boa fermé, essayons de dessiner un serpent-boa ouvert, et relisons.

Écrit par : Olivier | jeudi, 10 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

C'est un peu plus clair, mais je ne comprends toujours pas pourquoi Wiesel aurait forcément tort et pourquoi toute référence à l'antisémitisme serait inexacte. Ce qu'il dénonce dans les extraits donnés est un procédé rhétorique très fréquent que l'on retrouve aussi dans les histoires de harcèlement au travail ou de viols. Comme je ne connais pas les textes entiers, je ne sais quoi penser. Mais enfin... l'antisionisme radical ne me paraît pas la meilleure manière de raisonner, Je suis désolé de te le dire.

Écrit par : Dominique | jeudi, 10 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Dans le mille ! C'est bien cela, on ne connaît pas le texte entier, mais il apparaît que le propos de Wiesel vient surtout... en défense de Kouchner.
Il est quand même troublant d'évoquer un problème d'antisémitisme pour une affaire, celle qui fait l'objet du présent procès en appel, concernant des ethnies du Rwanda.
Cette affaire est particulièrement ténébreuse et je pense que Wiesel ne contribue pas à y voir plus clair. Au contraire, il introduit une dimension polémique supplémentaire qui donne l'apparence d'une justification des amalgames et contre-vérités de Kouchner après la parution du Monde selon K., dans lequel Péan revient sur l'affaire rwandaise.
Quant à l'antisionisme radical, tu n'as pas besoin d'être désolé, je ne suis pas un fanatique de Dieudonné, ne me sens donc pas concerné. Tu avais usé un jour d'une phormule bien venue, assez satisfaisante, et que je partage volontiers : «je ne suis ni sioniste, ni antisioniste».
Mais peut-être voulais-tu entendre dans ta dernière phrase que Péan serait antisioniste.
Là, c'est une autre affaire.

Écrit par : Olivier | jeudi, 10 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

On se calme et on boit frais (à Saint-Tropez). ll me semble que la question de Wiesel est légitime, indépendamment de son amalgame malheureux avec ce qui n'a plus de nom possible. Il y a bien une forme de révisionnisme au sujet du Rwanda et Péan accuse bien les victimes principales du conflit et surtout celles de la politique d'extermination lancée par Radio Mille-Collines d'en être les responsables et les auteurs. Il faut identifier d'abord ce qui a été réellement un génocide planifié et organisé bien avant de tous les autres massacres qui ont pu suivre, et alors on constate que les livres écrits à la va-vite par copier-coller, sans jamais la moindre vérification et avec un style catastrophique par Péan afin de payer ses loyers et pensions alimentaires ne valent pas tripette. je rejoins parfaitement Wiesel dans son constat de révisionnisme, même si je mettrais de côté la question juive qui est encore plus compliquée. Ce n'est pas parce que c'est Wiesel qui le dit que cela devient plus pertinent ou plus faux, et tout ce qu'on peut lui reprocher c'est de ramener la Shoah partout, même quand c'est justifié comme ici. il faut quand même bien dire que Péan est une des plus grandes hontes du journalisme et qu'il faut être lecteur de Marianne pour lui accorder encore un peu de crédit.

Écrit par : Dominique | jeudi, 10 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

On boit frais.

Écrit par : Olivier | jeudi, 10 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet