Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cochonnerie de grippe ! | Page d'accueil | Bienvenue en Chlech'viche-Holchetaill'n »

mercredi, 26 août 2009

Aux Promesses Généreuses, la Sarkozye Reconnaissante.

alchimiste.pngL'art de faire de la politique, est devenu, au fil du temps, celui de de faire des promesses, ou des déclarations, aux uns pour leur faire plaisir, et de ne pas appliquer les décisions pour ne pas fâcher les autres. Bien sûr, cela oblige à effectuer régulièrement des grand écarts. Mais en définitive, le peu de crédit qu'on peut accorder à ces aimables zozos est inversement proportionnel au taux de crédit qu'ils s'autoaccordent auprès de la population béate.
Ainsi évolue notre divin président, qui vient, selon le crédit que lui accorde avec générosité le Figaro,  de «changer les règles du jeu» au sujet des rémunérations des opérateurs de marché, naguère nommés «Golden Boys», et des dirigeants d'organismes bancaires .
Que propose le divin Innommable ?
«La France va tenter de faire adopter par les pays du G20 les règles sur les bonus désormais applicables à Paris. «La France proposera que les États n'accordent plus de mandat aux banques qui ne respecteraient pas les règles internationales en matière de bonus.» Elle proposera que le G20 examine plusieurs dispositifs pour limiter les bonus, parmi lesquels «une limitation globale des bonus distribués en pourcentage des revenus des banques», «une limitation des bonus les plus élevés» et l'instauration d'une «taxe assise sur les bonus distribués dont le produit alimenterait les systèmes de garantie des dépôts».
Vingt dieux, la belle église !
Sauf qu'en tout petits caractères, (même si dans le Figaro, c'est en cartactères ordinaires) comme dans les contrats de téléphone (insup)portables, il y a aussi : «Si la place de Paris doit être «irréprochable», selon le président de la République, le sujet des bonus ne peut pas être traité par la France seule. Le risque : que les traders s'exilent dans les salles de marchés de New York, Tokyo ou Londres. À Pittsburgh, c'est donc «une partie décisive» qui va se jouer.»
Ouahhh ! C'est qu'ils vont avoir peur, les nains des autres pays, face à notre géant qui menace de faire les gros yeux !
Bon, ce n'est pas grave, parce que lui, au moins, il aura tenté quelque chose. Dommage qu'il y ait tous ces connards, de tous les autres pays, qui ne font rien qu'à mettre des bâtons dans les roues de notre maître-alchimiste économique qui s'y connaît dans l'art de changer l'or en plomb.

12:01 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : traders, banques, alchimie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet