Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quand le bac se retourne sur le cochon | Page d'accueil | Mercato : BHL veut la tête du PS Football Club »

mercredi, 15 juillet 2009

Fromage ET dessert

Stéroïdes ET anabolisants
ou M. Onfray saisi par la débauche sarkozyenne.
S'essayant, à l'occasion de cette période estivale, à une manière de démontage de la chronique de la haine ordinaire, Michel Onfray nous invite, en cette livraison mercredique de Siné-Hebdo du 15 juillet 2009, à nous pencher sur la détestation franchouillarde de l'immense et universel champion incontestable que serait Lance Armstrong.
Bon, en gros, Lance Armstrong, un vrai champion qui gagne, est détesté injustement parce qu'il serait exagérément perçu par les gros cons franchouillards parce qu'il gagne souvent et qu'il est étasunien (je résume avec mauvaise foi), et que les Français préfèrent ceux qui terminent à la deuxième place.
Aux détours de sa démonstration, Michou nous fait remarquer «mais les cyclistes, allez savoir pourquoi, sont les boucs émissaires de ce monde gavé de stéroïdes et d'anabolisants». Comme on dirait ratons ET laveurs, par exemple.
J'aime bien Michel Onfray, mais parfois, on se plaît à remarquer qu'il use d'arguments fort légers. N'ayant probablement guère d'informations au sujet des secrets de la potion magique en milieu sportif et une maigre connaissance des spécialités concourant aux «progrès» relatifs aux performances des cyclistes professionnels, il semble feindre d'oublier que ce monde sportif n'est pas gavé que de stéroïdes anabolisants. L'EPO, le CERA, le pot belge, la cocaïne, les hormones de croissance, la testostérone, les corticoïdes et la fameuse créatine, d'un intérêt fort limité, mais qui a le pouvoir miraculeux de masquer les métabolites de stéroïdes anabolisants, toutes ces joyeusetés font, ou ont fait partie de la panoplie du parfait coureur cycliste professionnel...
Pas plus qu'il ignore que les «champions» comme lui, qui ont dû laisser leurs testicules dans un laboratoire d'analyses anatomo-pathologiques, ont la possibilité, du fait de «soins» indispensables [le sport est, on le sait, devenu un monde de malades qui gagnent des compétitions pour lutter contre la maladie, comme cest beau !) de fournir la liste des «médicaments» indispensables, ces produits étant de facto exclus de toute analyse à la suite d'un contrôle antidopage.
La fin de l'article est très sibylline : «Pour finir, Lance Armstrong est une star et ne se comporte pas comme tel ! En France, on adore l'inverse : des lumignons qui se prennent pour des étoiles et qui, philosophes ou starlettes, footeux ou troncs du journal télé, sortent de leur domicile parisien avec des lunettes noires pour dîner dans l'intimité avec leur ami américain qui nous sert de président de la République... Vas-y Lance, fais les bisquer une fois encore...»
Allez Michel, fais-nous bisquer encore un peu plus, toi qui sais fort bien que l'allégé testiculaire survitaminé est venu sur le Tour à l'instigation du Boss à Ray-ban de l'Élysée, après avoir pris des dispositions pour être sûr de ne pas importuner les forçats de la route durant leur labeur : redis-nous encore une fois tout le bien que tu penses de l'énergie nucléaire... Pour voir...
Je ne résiste pas à rappeler Flaubert : «Oui,nous payons le long mensonge où nous avons vécu, car tout était faux : fausse armée, fausse politique, fausse littérature, faux crédits et même fausses courtisanes».

10:06 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : michel onfray, lance armstrong |  Facebook |

Commentaires

besoin de verifier:)

Écrit par : Nina_Tool | dimanche, 20 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet article et bonne continuation.

Écrit par : Jeux | lundi, 18 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet