Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Espèce de quoi, au juste ? | Page d'accueil | Fromage ET dessert »

samedi, 11 juillet 2009

Quand le bac se retourne sur le cochon

balance-90e46.pngM. Nicolas S., président intérimaire à CDD renouvelable une fois, époux dans la vraie vie de Mme Carla B., lourdement escroqué de la somme colossale de 176 €, , ne pourra donc prétendre obtenir l'intégrale et légitime réparation - un euro symbolique au titre de son préjudice moral ainsi que 1 500 euros pour frais de défense - du dommage subi du fait des coupables manœuvres frauduleuses de M. Ama M'., ainsi en a décidé le tribunal de Nanterre.
«Ainsi le lien entre le président de la République et les magistrats peut laisser croire aux justiciables qu'ils ne bénéficieraient pas d'un tribunal indépendant et impartial», osent graver dans leur jugement inique les juges rouges de Nanterre. Tout ça parce que le juge Courroye et Nicolas S. se connaissent juste un tout petit peu... On fait bien des histoires pour pas grand-chose.
« C'est une décision extravagante !» s'est empressé de hurler Me Herzog, défenseur de la veuve et de l'orphelin du président de la République. D'autres eussent ajouté «abracadabrantesque».  «Si l'on suit le raisonnement du tribunal de Nanterre, Nicolas Sarkozy serait le seul citoyen en France à ne pas pouvoir demander la réparation de son préjudice pour un dommage qui lui a été causé». C'est injuste, en effet. 
Le même journal précise : Article préliminaire du code de procédure pénale « La procédure pénale doit être équitable et contradictoire et préserver l'équilibre des droits des parties. Elle doit garantir la séparation des autorités chargées de l'action publique et des autorités de jugement ».
L'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme (CEDH) précise que  « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial».
Évidemment, avec de tels juges, M. S. ne pourra même pas entrevoir l'infime possibilité d'obtenir la peine de mort pour son ami Galouzeau dans une ténébreuse affaire défendue par l'avocat de Philppe Val... C'est très injuste, décidément.

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet