Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Défendons n'importe quoi | Page d'accueil | (Fau)cons pour les pigeons ? »

lundi, 29 juin 2009

Grandeur et misère d'une partisane

Christine Boutin est amère , et cela semble lui rester dans le nasopharynx :
«Mon jetage, je l’ai appris au 20 heures sur TF1 avec tout mon cabinet», a déclaré Mme Boutin sur Europe 1, affirmant avoir été traitée — elle et son cabinet — de «façon inhumaine».
«Je pensais rester, j’avais rencontré François Fillon à 16h15, à la sortie des questions (à l’Assemblée nationale). Il m’avait dit: "Bon, pour le Logement, c’est pas sûr"», a relaté Mme Boutin, affirmant que le Premier ministre lui a promis de la rappeler après 18H00 pour un éventuel autre poste.
«Je dois dire que je suis quand même très choquée de voir que le Premier ministre n’a même pas pris le temps de me passer un coup de fil, je trouve ça quand même énorme», a poursuivi l’ex-ministre.
«J’espère que ce n’est pas en raison de ce que je représente, la droite sociale chrétienne,
parce que ce serait très grave»
, a-t-elle affirmé. «C’est peut-être un délit de sale gueule d’être catholique», a-t-elle suggéré reconnaissant représenter «des valeurs qui enquiquinent».


Si elle avait le Premier ministre au téléphone, Mme Boutin a assuré qu’elle lui dirait: «François, t’aurais pu avoir le courage de m’appeler quand même, ça aurait été sympa».
Mme Boutin a indiqué que le secrétaire général de l’Elysée lui avait «fait un certain nombre de propositions qui me semblent intéressantes». Elle a notamment «parlé» avec lui d’un poste d’ambassadeur de France au Vatican.
Même ça, Bourg-Broc, qui par le jeu du Grenelle du recyclage politique, va revenir président de quelque chose, risque de lui piquer la place.  Pauvre Christine...

Commentaires

Peu de chances que le poste d'ambassadeur près le Saint-Siège soit libéré pour Boutin.
1) Stanislas Lefebvre de la Boulaye a été nommé il y a quelques mois seulement après une période de vacance de deux ans due au fait que les précédentes propositions ont toutes été déclinées par le Vatican. Quand on met autant de temps à trouver la personne idéale, ce n'est pas pour la révoquer. De la même manière, Albanel se fait des illusions au sujet de la présidence d'Arte puisque Clément a été renouvelé dans ses fonctions cette année.
2) C'est un diplomate reconnu et en fin de carrière. Le Vatican fait office de consécration comme les ambassades de Washington, Londres, Vienne et surtout Madrid et Rome (auprès du gouvernement italien cette fois). Cela mettrait le Quai d'Orsay à feu et à sang. Rappelons que Kouchner a dû subir la première grève dans l'histoire du ministère ! C'est encore tout frais.

Écrit par : Dominique | lundi, 29 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet