Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je me fous du monde entier quand Frédéric me rappelle...

Je me fous du monde entier quand Frédéric Mitterrand,SignEntreeDesArtistes.jpg
qui en arrive à se prendre tout à coup pour Jacques Langue, me rappelle, avec sa propre bouche qu'«On a tous un peu de Michael Jackson en nous»...
Pas vraiment.  Le Bœuf n'est, dans ce genre de religion, ni croyant ni pratiquant.
Pour l'occasion, une fois n'est pas coutume, je me sens un peu en phase avec Alain Finkielkraut, à qui ça fait drôle d'être déconnecté du reste du monde : «l'inappartenance à l'humanité, ça fait drôle»...,

Commentaires

  • Michael Jackson était d'abord un objet iconique de l'ère industrielle et mondiale, au même titre que la bouteille de Coca Cola, le Big Mac, le poster du Che et les sérigraphies de Warhol. Un objet qui recyclait toutes les mythologies et les imageries précédentes dans un simple but de consommation jouissive totalement intemporelle et délocalisée.
    http://www.slate.fr/story/7265/michael-jackson

  • "cosommation jouissive totalement intemporelle et délocalisée" ?? Je trouve Jackson très très daté, au contraire. Les très jeunes se fichent un peu qu'il soit mort ou pas. Ceux qui le pleurent, pleurent aussi leur jeunesse.

  • Ben... Les jeunes ont des parents et ce qui me stupéfie, c'est qu'ils écoutent adolescents exactement la même musique que leurs parents. On m'a donc demandé "Vous savez que Michael Jackson était mort ?" et on a mimé le moonwalk comme tel. Avant, j'avais des jeunes qui connaissaient par cœur le répertoire de Cloclo parce que leurs parents le leur passait en boucle. Je peux presque savoir l'année de naissance des parents aux goûts musicaux des élèves de sixième ou cinquième.

Les commentaires sont fermés.