Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chouette ! Détective reparaît ? | Page d'accueil | Stars Pas Académyques »

vendredi, 19 juin 2009

Un cours de sincérité... franchement !

Deux remarques liminaires : Eric Rohmer, dans 4 aventures de Reinette et Mirabelle, fait dire à Jessica Forde (Mirabelle),l'une des deux jouvencelles, une remarque pertinente au sujet d'une habitude de langage ridicule propre aux adultes, qui consiste à répéter systématiquement ce que le locuteur vient d'énoncer, comme si, d'une part,  l'autre n'avait pas compris et d'autre part, parce que cela jette un doute sur la véracité du propos ainsi martelé.


La seconde, c'est le début d'une histoire de Fernand Raynaud (de mémoire, il doit s'agir de «La 2CV de ma sœur». Cela commence par : «Mesdames, si une de vos amies vous dit : - est-ce que tu veux que je te parle franchement ? Répondez toujours, non, non, non ! Continue à me parler comme auparavant».
Cette remarque tout aussi judicieuse s'adresse à mon avis aussi à la gent porte-gonades.
Démonstration : (Brute de décoffrage ) «C'était pas la peine de vous mettre à ma droite pour parler de ça, franchement. Enfin écoutez c'est ridicule. Franchement, monsieur, franchement c'est ridicule. Pas vous, hein, je me permettrais pas, je vous respecte mais enfin écoutez. Soit il y a des éléments, donnez-les nous. (Balbutiements). C'est grotesque, voilà, c'est ma réponse. Alors qu'est-ce que vous voulez que je vous dise. Raisonnement: Pour son financement Monsieur Balladur aurait accepté des commissions qui n'auraient pas été payées ensuite et ça a donné Karachi… Mais enfin, respectons la douleur des victimes.  S'il vous plaît mais qui peut croire à une fable pareille. Qui peut croire à une fable pareille. Et puis si vous avez des éléments donnez-les à la justice et demandez à la justice qu'ils enquêtent. Mais enfin franchement qu'est-ce que vous voulez que je réponde là-dessus. Mais, honnêtement, qu'est-ce que vous voulez que je réponde là-dessus. Y a 14 ans, de surcroît. On est dans un monde où tout se sait, où la notion de secret d'Etat n'existe plus. 14 ans après vous venez me poser la question:  est-ce que vous êtes au courant de rétrocommissions qui auraient pas été versées à des Pakistanais dans le cadre de la campagne de Monsieur Balladur. Et vous, vous étiez pas au courant non plus, non ? Vous, vous, vous étiez peut-être journaliste à cette époque, peut-être à ce moment là je vous aurais… non, mais je ne vous en veux pas mais enfin franchement. (Soupir). Enfin, si y a un braquage à Bruxelles aujourd'hui, j'y étais… (rires dans le public) c'est incontestable." écoutez...
Nicolas Sarkozy se met alors à rire avant de reprendre: "Non pardon, hein, je ris pas du tout parce que Karachi c'est la douleur de familles et de trucs comme ça… mais… qu'est-ce que vous voulez que j'aille répondre là-dessus
Sans autre commentaire...

Commentaires

Eh oui... Pour paraphraser Shakespeare: "Le monsieur proteste trop."

Écrit par : Irène | vendredi, 19 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet