Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Hadopi/ Conseil Constitutionnel : match nul ! | Page d'accueil | Les lectures du conseiller »

lundi, 15 juin 2009

Blanco-White Blues

J'ai beaucoup apprécié la phrase ultime de l'article du Nouvel Observateur consacré à l'offre publique de Manuel Valls au poste d'homme providentiel du Parti Socialiste. Au demeurant, le mot «parti», comme l'a relevé Dominique, ne l'agrée guère, et le mot «socialiste» semble désormais le débecter grave :
«Manuel Valls affirme souhaiter que "la gauche soit digne d'être à nouveau écoutée"».
Par ma barbe et nom d'une pipe ! Valls souhaiterait donc que la «gauche» puisse de nouveau être écoutée !
Lui qui donne l'impression d'ouvrir les vannes à droite pour se faire désigner candidat -afin de battre éventuellement son alter ego résident de l'Élysée en 2012- au nom des cendres du futur défunt Parti Socialiste, il souhaiterait donc que la voix des locataires de l'appartement d'à côté (sur la gauche) soit «digne d'être à nouveau écoutée».
Là, je ne comprend plus : si on demande au «peuple de gauche» son avis au sujet de Manu-le-Blanco-White,


il risque de rester longtemps dans les starting-blocks

Commentaires

Voici la réponse de Valls : "Cela fait 20 ans que je suis élu de banlieue, que je me bats contre la ségrégation sociale, territoriale et ethnique."
http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Politique/Video-buzz-Valls-refuse-de-polemiquer/(gid)/228856

Cela me surprend un peu et je vais voir sa biographie pour voir l'attachement de Valls à la banlieue :

Né en 62, on le trouve attaché parlementaire d'un député de l'Ardèche entre 83 et 86. L'Ardèche est comme on le sait dans la banlieue pauvre de Paris.En 86, après avoir pris la fédération PS d'Argenteuil, il devient conseiller régional d'Île-de-France, donc élu à la proportionnelle sans campagne sur son nom. Une parfaite carrière d'apparatchik qui grenouille ensuite dans les cabinets ministériels. Las ! Battu aux législatives de 97 à Argenteuil (pas la commune la plus désargentée et la plus ghettoiïsée du Val-d'Oise, loin de là), il tente sa chance en 2001 à Evry (Essonne, soit à l'autre bout de l'Île-de-France) et son parachutage réussit. A ce compte, Eric Raoult, Nicolas Sarkozy, André Santini, Patrick Balkany peuvent revendiquer leur qualité d'élus de banlieue eux aussi.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_Valls

Écrit par : Dominique | lundi, 15 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Entre les névroses républicaines et le misérabilisme citoyen, il y a l’opportunisme de certains apatrides.
Quand le ressentiment se fait religion, alors le contrôle social se substitue à la morale au nom de la cohésion économique.
Entre la charité judéo-chrétienne castratrice et le darwinisme intégrationniste, il y a toujours de la place pour le suicide ou le terrorisme.
La suite ici
http://souklaye.wordpress.com/2009/06/10/post-it-sos-ostracisme/

L’antiracisme possède plus les caractéristiques de nouvelle drogue à la mode et de cause universelle du pauvre que de réponse viable au racisme naturel.
La base même de l’antiracisme est consubstantielle de l’idée de réparation à tout prix et de l’opposition systématique. Il ne peut qu’être contre.
Avec le communautarisme à la carte, il devient de plus en plus facile de cultiver des identités victimaires…
La suite ici
http://souklaye.wordpress.com/2009/04/20/bloc-note-l’alter-racisme/

Écrit par : walkmindz | lundi, 15 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet