Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 mars 2009

Guadamacile

Les soirs de décollage
Quand la France s'endort
On frôle le carnage
Mais tout ce monde s'en sort...
(Quel dommage...)

360px-Cordoue_2.jpg
Participant de cette invitation au voyage, Didier Barbelivien, l'autoproclamé «fils spirituel de Léo Ferré» avait-il, de son côté, décidé de chanter
«Comme un avion sans ailes
J'ai chanté toute la nuit
...moi, moi j'ai la carlingue froissée
mais j'ai chanté toute la nuit» ?
Toujours est-il que le barde a évité de peu la catastrophe, l'avion dans lequel tranche-Montagne et son équipe de joyeux drilles en partance pour l'Afrique ayant décidé de s'en griller une petite avant de prendre l'air.
Rassurons-nous, le prochain aéroplane élyséen sera très probablement équipé de réacteurs garnis de cuir de Cordoue, ce qui assura sans aucun doute un surplus de sécurité aux déplacements nébuleux de l'indispensable chef de notre Démocratie Totalitaire.

10:47 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tranche-montagne, barbelivien, aéroplane |  Facebook |

vendredi, 27 mars 2009

Comme mes morts à Sion ?

Que se passe-t-il ?
J'y comprends rien.

Y'avait 4 flics
Et y'a plus rien
...

«Des Afro-Américains commémorent le meurtrier de 4 policiers»
C'est le titre d'un billet du Nouvel Obs version Ouèbe.
Ce qui m'embête un peu, dans ce titre, c'est l'emploi du verbe commémorer.
Avant, on commémorait un événement. Mais maintenant que tout fout le camp...

18:36 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : commémorer |  Facebook |

jeudi, 26 mars 2009

Savoir-vivre

Quelque geste inconséquent peut avoir des conséquences graves : ainsi, l'histoire de cet homme, père de famille âgé de cinquante-huit ans à charge, qui n'a pas su se tenir convenablement en présence de son généreux logeur, et qu'il avait eu l'impudence de traîner devant les tribunaux, au prétexte que ce bon samaritain de bailleur souhaitait juste, et simplement, le foutre à la porte. Pas de quoi en faire un drame, quoi !
Résultat : une moquette ensanglantée et un sol à refaire.
Quel manque de savoir-vivre !

Vive la République Bananière !

yes_we_have_no_bananas.jpgTranche-montagne a la banane ! C'est du moins ce qu'il a déclaré à l'auditoire élyséen tout acquis à sa cause après son escapade de Saint-Quentin. On est content pour lui, de le savoir en forme... de banane !
Maintenant que les chiffres du chomedu concernant le mois de février sont publiés, entendra-t-il enfin le cri sourd du pays qu'on licencie ?
Ou bien faudra-t-il lui chanter en chœur ?
"Yes, we have no bananas
We have-a no bananas today.
Just try those coconuts
Those walnuts and doughnuts
There ain't many nuts like they.
We'll sell you two kinds of red herring,
Dark brown, and ball-bearing.
But yes, we have no bananas
We have no bananas today.



mardi, 24 mars 2009

Comment ne pas perdre la tête...

Serrée par des bras audacieux
Car l'on croit toujours
Aux doux mots d'amour
Quand ils sont dits avec les yeux


Jean-François Copé, dépassé par les événements concernant son parti, et qui, en conséquence, feint d'en être son organisateur principal, est un joyeux drille. Il était invité, hier 23 mars à l'émission de France Cul' animée par Ali Baddou, le Matins de France culture. Ledit Ali Baddou lui demandait son sentiment sur la différence de réactions au sujet du traitement des affaires de l'autre côté de l'Atlantique par rapport à chez nous à propos de la «crise financière» et de ses conséquences. Le bon Jeff a expliqué qu'en France, on aimait exhiber «des têtes au bout des piques». Et quelques instant plus tard, il crut bon de préciser : «non seulement on veut placer des têtes au bout des piques, mais en plus, on voudrait les voir coupées, ces têtes»...
Et pourquoi pas la guillotine, juste après tout cela ?

06:56 Écrit par boeufquipleure dans La Flatte d'Honneur | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jea-françois copé, ali baddou |  Facebook |

jeudi, 19 mars 2009

Se faire des nouilles, encore...

Triste vie pour les porteurs de Rolex, conducteurs de Porsche  mangeurs de caviar et buveurs de Krug !
Houspillés de toutes parts, gourmandés même dans les rangs de la majorité pestilentielle pour une façon de manque de civisme du fait de l'utilisation, «à leur corps défendant» du célèbre bouclier fiscal, ces victimes de la crise ne passeront finalement pas sous les fourches caudines qu'on leur laissait entrevoir un brin ces derniers temps.
L'amendement, visant à instaurer temporairement une contribution supplémentaire de 5% pour les pauvres honteusement surtaxés, a finalement été repoussé par l'assemblée nationale.
L'exemplaire discipline UMP a eu raison de la sape organisée par les crypto-libertaires Charles de Courson et Pierre Méhaignerie, qui avaient en l'occurrence honteusement piétiné les plates-bandes socialo-bolcheviques.
Nos pauvres riches resteront donc riches pour le moment, et seront épargnés d'un exil en direction des verts pâturages helvètes.
Heureux contribuables des classes «moyennes», nous allons pouvoir goûter le bonheur d'être rappelés aux délices du pressurage fiscal intense et solidaire qui servira -entre autre- à établir des chèques de remboursement à l'ordre de culs cousus d'or qui continueront à se faire des nouilles, encore...