Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Disparu | Page d'accueil | Une chèvre-émissaire aux Caraïbes »

mercredi, 25 février 2009

Il peut le dire ! Il peut le faire !


C'est toujours le popolo qui banque...
Ainsi donc, M. Sar aurait commis un gros mensonge, en affirmant que le vice-consul qu'il a décidé d'installer dans le fauteuil de la nouvelle entité bancaire Banque Pop'-Caisse d'Ep'a été approuvé par la commission de déontologie.
«À l'Elysée, on défend le choix de François Pérol, en soulignant qu'il est à la fois issu du milieu bancaire et "politique", jeune et expérimenté, honnête et "sans aucune casserole.»
Bon, et alors....
Ça gêne qui, tout cela, au fond ? Puisque tel est le bon plaisir du Sar -pas Rabindranath Duval, mais Kozy- on se demande bien où est le problème, non ?
Puisque le Sar nous affirme que le courtisan-impétrant est «sans aucune casserole», et qu'on se doute que, s'il le l'a pas déjà, il aura sa Rolex au poignet d'ici quatre ans, on ne voit pas ce qui motive ainsi un tapage aussi médiatique que superflu...
Puisqu'il nous le dit !
La commission de déontologie ne s'est pas réunie ? Et alors ? Faudrait quand même pas pousser mémère dans le bac à compost ! Qui c'est qu'est le chef, hein ?
C'est pas une minable commission de pantouflards -qui n'ont même pas été, si ça se trouve, nommés par le président actuel- qui va faire la loi ! Non, mais, sans blague...

sarkozyshadocksvr8.jpg


Proverve shadok : «Il faut pomper (le fric) pour vivre et donc vivre pour pomper (le pognon)».

 

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet