Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz | Page d'accueil | Halte à l'AntiFrance ! »

jeudi, 12 février 2009

Paroles d'Archange

Il me souvient avoir lu, il y a déjà fort longtemps, dans «Le gai savoir» de Friedrich Nietzsche quelque chose, sans garantir l'exactitude de la phormule, du genre :
«celui qui se sent obligé d'élever la voix pour s'exprimer ne réussira qu'à casser les oreilles de son interlocuteur».
4170-photo.jpg
Pour débattre avec Emmanuel Todd, ce matin sur France-Inter, Christian Saint-Michel* (conseiller du premier ministre) s'est cru obligé de chausser sa voix la plus contondante pour une manière de pugilat opposant un poids lourd de la démographie à un chevau-léger de l'économie bien-pensante sarkozienne.
Bien sûr, on aura remarqué d'avenantes précautions oratoires du conseiller économique gouvernemental : «commençons pas à être agressifs inutilement...»
À un moment du combat ( « Emmanuel Todd frappe à mains nues, je vais le faire aussi...» ), on entendit le conseiller municipal parisien cavadesque s'indigner qu'on pût ainsi donner la parole à un démographe pour parler d'économie : «Quand on entend des démographes parler d'économie, comme vous le faites, mon cher ami, c'est très dangereux pour l'avenir...»
Tel un médecin de Molière, l'archange Saint-Michel* a toujours raison.
Ou tout du moins, en l'occurrence, le monopole de la prise de parole.
Reste, comme toujours, qu'en matière d'économie, il faudra, dans quelques années, réécouter cet enregistrement pour se remémorer cet échantillon de balivernes amoncelées depuis fort longtemps par une légion d'économistes tout aussi définitifs envers leurs opposants que déficients dans le domaine de la  pertinence qu'ils s'autoapproprient avec régularité, obstination et opiniâtreté.
Il est amusant de pointer la remarque de l'économiste qui prétend que le libre échange a fait sortir de la pauvreté un milliard de Chinois et d'Indiens. On sent qu'il lui en restait sous le pied: la semaine prochaine, il nous affirmera peut-être qu'ils sont carrément entrés de plain-pied dans les ors et se baignent dans des lacs de billets de banque.

[*]Note : je sais qu'il s'appelle Saint-Etienne, le bougre. C'était juste pour que ça colle avec mon titre que je l'ai appelé ici Saint-michel...

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet