Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Avé l'assent chez les péquenots ! | Page d'accueil | Sarko s'est fait piquer ! »

mercredi, 29 octobre 2008

Philippe Val est Partout !

Le champion incontesté du Point Godwin a encore frappé :
«Bakchich, oui, c’est un site extrêmement médiocre, qui se permet d’écrire des choses sur les gens, encore une fois sans preuves, de répercuter des rumeurs.»
«Ne parlons même pas de Bakchich, qui actualise et adapte sur Internet les méthodes glorieuses de Je suis partout. Malheureusement, ce genre de site d’informations n’est pas l’exception, c’est la règle.»

JOURNAL%20JE%20SUIS%20PARTOUT%20444.jpg

Philippe Val, qui est partout (à Charlie-Hebdo, à la radio, à la télé), et qui ne dit rien à la légère, et qui n'écrit jamais rien sans avoir fait tourner sept fois dans son melon des mots et phrases mesurées et pesées, a donc commis un objet constitué de textes, résultant d'une réflexion profonde documentée et inspirée, imprimés sur des feuilles de papier, reliées et emballées dans une couverture ainsi intitulée :
« Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous!», le tout édité par la maison Grassouillet.
On remarquera avec quel tact, quelle mesure, quelle précision, quelle honnêteté et quelle acuité le Nijinski de la pensée néo-spinozienne fait l'étalage de sa science. Pour mieux apprécier la profondeur de la réflexion du génie, on peut se caler à 18:40
À un autre moment de l'émission, le même Valadroit se risquait à prétendre que Voltaire, en déclarant «Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer», aurait dit une belle connerie...
À la réflexion, après avoir entendu Val, on peut penser que Voltaire n'a écrit que des conneries dans sa vie.
Reviens, Philippe Val, Voltaire est devenu fou !

12:18 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : philippe val, bakchich, voltaire |  Facebook |

Commentaires

Val déparle à la vitesse Mach 12. Non seulement ce n'est pas une connerie, de défendre le droit d'expression des gens qui ne sont pas de votre avis, mais en plus Voltaire n'a jamais écrit cette phrase si souvent citée.

C'est l'écrivaine anglaise Evelyn Beatrice Hall qui la lui a prêtée dans son livre "Friends of Voltaire" (1906). La phrase a été ensuite largement popularisée par un recueil de citations du Reader's Digest, avec l'attribution fautive au philosophe. C'eût été trop simple...

http://en.wikiquote.org/wiki/Evelyn_Beatrice_Hall

Écrit par : Irène | mercredi, 29 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

Ce qui est surtout intéressant, c'est que cela vient d'une citation anglo-saxonne, que cette phrase n'était pratiquement jamais apparue en français avant l'Internet grand public, qu'elle a été reprise d'abord sur Internet par des personnes qui lisaient et traduisaient en anglais (notamment dans des signatures sur les forums Usenet, donc en forme de réponse automatique) et que sans Internet elle n'aurait pas forcément eu autant d'existence dans les textes français. Mais d'un autre côté, Internet permet de voir qu'elle est apocryphe et que les formes anglaises prédominaient avant, d'ailleurs il faut recourir à WP en anglais pour le savoir. La première mention en français sur Usenet date de 2002 (hors signature automatique*, car je sais qui signait ainsi en 98, c'est la même personne qui a traduit deux canulars, un texte anglais sur la dernière résolution de la commission européenne au sujet des langues officielles ou une étude de l'université de Cambridge sur la place des lettres), la première mention en anglais sur Usenet date de 95. C'est étonnant comme il a fallu du temps pour que cela parvienne jusqu'aux grands médias en français et que cela devienne une ritournelle de commentaires dans les sites de journaux en ligne.

* Les signatures automatiques d'Usenet ne sont pas référencées par Google Groups.

Écrit par : Dominique | mercredi, 29 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet