Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Réduction des effectifs dans l'Éducation Nationale | Page d'accueil | Avé l'assent chez les péquenots ! »

dimanche, 26 octobre 2008

Poètes ! vos papiers !

face.jpgPour le 250ème anniversaire de la naissance de Johann Christoph Friedrich von Schiller, la municipalité sans étiquette néo-socialiste de Châlons-en-Champagne a donc décidé de frapper un grand coup : la fermeture du musée Schiller et Goethe.
Exit donc, des poètes casques-à-pointes, et gloire à l'illustrissime voisin, la médiathèque de Châlons-la-Mardre, qui a hérité du patronyme de l'universel fondé de pouvoir de la banque Rothschild poète Georges Pompidou, que le monde entier nous envie.
Le fonds, légué il y a cinquante-six ans par la baronne Von Oleichen-Russwurm sera donc remisé, la mairie châlonnaise, ayant décidé, dans sa grande sagesse, qu'il était temps d'en finir avec cette perpétuelle monstration de babioles teutonnes surannées.
Bravo, donc, encore une fois pour ce courageux acte patriotique de défense de la culture française.

Commentaires

Il faudrait dire que les sieurs Gilles (sic) et Goethe ont été faits citoyens d'honneur de la République française immédiatement après sa création et que c'est à ce titre que la ville accueille certaines de leurs reliques. Il n'y a pas beaucoup d'étrangers que la république naissante ait honoré ainsi, et pourtant on se glorifie de tant d'autres pages d'histoire républicaine dans cette plaine betteravière.

Mais la fermeture du musée était prévisible dès la création de la BNVR, du simple fait des circuits et des emprises. Cela se lisait sur les plans. Personne ne se rendait dans ce petit musée mal indiqué et il était inutile d'y maintenir une personne en permanence pour trois ou quatre visiteurs par jour, venues la plupart d'outre-Vosges. J'avais été frappé par la solitude de l'endroit quand je suis arrivé, mais elle était aussi égale au musée Garinet que l'on ne songe pas à fermer du fait de son inestimable collection de cathédrales en bois d'allumettes. Il y a des choses sacrées pour les collectionneurs de crèches de Noël.

Écrit par : Dominique | dimanche, 26 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet