Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mon Village à l'Heure Marocaine | Page d'accueil | Tunisie, Maroc, Algérie, Corse : le Grand Maghreb »

mardi, 14 octobre 2008

Honte aux objecteurs de turbin !

"Mais la crise financière est passée par là".(liberation.fr du 14.10.2008)
"Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous". Ça, c'était le titre de l'excellente émission de José Artur, autrefois sur France-Inter.
"Pour notre très cher Président, ce serait plutôt "qu'il est urgent de s'agiter quand tout semble s'effondrer autour de soi".
Quoi qu'il en soit, après le léchage de cul un peu trop voyant à l'égard du fiston de Bernard Arnaud, ce "mais la crise financière est passée par là" éclaire le ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis financiers du journal rothscho-barbichu. La crise est donc passée par là !
Les 40.000 fainéants pue-la pisse qui ont grossi les listes de l'ANPE en août avaient donc anticipé le mouvement, les salauds. Les glandeurs avaient  devancé l'appel : manifestement, il y a du délit d'initiés là-dessous.
Ces salauds de pauvres sont donc prêts -vous vous rendez compte ?- à toutes les vilenies pour profiter du système -par trop généreux- d'indemnisation, vestige du régime socialo-communiste, des privés-de-turbin que les pays du monde libre observent avec leurs yeux écarquillés, interdits.
Dès avant la crise financière, ils avaient donc magouillé pour se faire porter sans-travail. Heureusement que Christine Lagarde, Nicolas Sarkozy et Libération sont là pour rétablir la vérité : c'est la faute à la crise.
Le refrain risque de devenir ritournelle...

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet