Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Boum ! Le monde entier fait «boum» ! | Page d'accueil | Les 1 euros »

mercredi, 03 septembre 2008

«Parce que c'est Christian, parce que je suis président»

arton221-694d5.jpg

C'était pas des amis choisis
par Montaigne et la Boétie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord

Tout le tintouin médiatique au sujet de l'éjection du responsable en chef de la sécurité en Corse ( «le con qui a merdé», dixit Nicolas Bugarri ) est une indignité confondante. Quoi de plus naturel que de porter secours à un ami dans l'adversité.
On se rappelle que le président de la République s'était vivement ému des visites intempestives dans l'appartement de son amie Ségolène Royal, et qu'il n'avait pas hésité à déclencher promptement les mesures disciplinaires qui s'imposaient, suite à ces manquements à la protection d'une personnalité aussi proche de lui...

Qu'un ami véritable est une douce chose.
Il cherche vos besoins au fond de votre cœur
La Fontaine

On pourrait en mettre des pintes du même tonneau
Gare, tout de même pour les deux copains,à ce qu'en pensait Victor Hugo :
La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traitre...

12:10 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christian clavier, affaire corse |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet