Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Que reste-t-il de Charlie-Hebdo ? | Page d'accueil | Entre ici, Sarkozy... »

jeudi, 17 juillet 2008

Le Tour des Chaudières

1-2.jpg

Dopage & quotas de pêche : vers une exception française ?
Il s'agit, assurément de la pêche aux cyclistes dopés dont il s'agit ici.
Ça barde d'autant plus qu'avec le coureur transalpin Riccardo Ricco, qui vient de se faire piquer par les chevaliers du guet, c'est une véritable atteinte aux chaudières (Saunier-Duval, du nom de l'équipe du coureur exclu) du peloton à laquelle on assiste aujourd'hui.
Avec au départ de la Grande Boucle 11,7 % de coureurs ayant déjà été impliqués dans des affaires de dope, et 25 % en ce qui concerne l'encadrement, ce tour de France est, du moins au premier jour, celui qui aura rameuté le moins de brebis galeuses.
Il est fort dommage que l'AFLD, association française de lutte contre le dopage, chargée de faire la chasse aux seringue.jpgconcurrents «surchargés» mette autant de mauvaise volonté, en salissant un aussi beau tableau, en faisant monter le pourcentage de fripons à 12,2 %.
Une véritable atteinte au moral des troupes, pour lesquelles on est bien loin, désormais, du fameux Grand Prix des Chaudières
Alors, en définitive, la pêche aux tricheurs n'a-t-elle pas déjà atteint le quota permis pour la bonne santé de l'épreuve Tour de France ?
À propos du dopage, on ne saurait trop conseiller les articles de Jean-Pierre de Mondenard sur rue89 et particulièrement celui-là.

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet