Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Opposants à Sarko : la France a peur ! | Page d'accueil | Francs-maçonnes ! »

lundi, 30 juin 2008

Balles tragiques à Carcassonne : 17 blessés.

arme13.jpgDans le Nouvel Obs, on nous dit :

Selon le porte-parole du SIRPA-Terre, le drame survenu dimanche, où 17 personnes ont été blessées par des tirs à balles réelles lors d'une démonstration militaire, relève à "99,9% d'une faute non volontaire due à un mélange de munitions réelles et à blanc". Le ministre de la Défense a, de son côté, souligné "des manquements".
Le Bœuf qui Pleure, qui a moyennement goûté de la chose militaire, se rappelle cependant que dans son court stage où il avait dû revêtir un treillis -avant d'être définitivement convié à rejoindre son étable, pour inadapation précoce à la vie militaire- il avait appris le maniement d'une arme à feu. Le chargeur étant un peu coincé, votre bœuf préféré crut bon de signaler au moniteur que de dispositif qu'on lui avait confié s'était enrayé. Bien mal lui en prit, car ledit moniteur, dans un élan de générosité pédagogique contondant, infligea au maladroit un direct du gauche dans le coin de sa gueule. Cela ne plut que modérément au bœuf qui, brimé dans ses efforts de socialisation militaire, jugea que le pays pouvait bien se passer d'un soldat aussi maladroit. La commission de réforme, se réunissant quelques semaines après cela, accéda à sa requête.
À ce jour, le Bœuf n'a encore blessé personne.

Commentaires

"ledit moniteur, dans un élan de générosité pédagogique contondant, infligea au maladroit un direct du gauche dans le coin de sa gueule."

Vous pouvez apporter la preuve de ce que vous dites. Sinon c'est de la diffamation la plus pure. Vous ne seriez pas le premier à raconter n'importe quoi pour vous faire mousser.
A défaut de nous dénoncer "ledit moniteur", vous pouvez au moins nous donner des dates et une localisation de l'évènement.

Dejan

Écrit par : Dejan | lundi, 30 juin 2008

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas le souvenir du nom du poing con tondu.
En revanche, pour la date et le lieu, c'est très simple : 1ère semaine d'octobre 1978, (un peu avant le décès de Jacques Brel, qui, je peux vous l'assurer, n'y était pour rien dans cette histoire) dans une caserne à quelques kilomètres d'un très célèbre ossuaire.
Pour votre gouverne, le bœuf de réforme put rejoindre sa pâture à compter du 22 novembre de la même année.
Si cela vous chante de jouer aux inquisiteurs, amusez-vous à fouiller dans les bouses de cette époque. Non meuh ! des fois...

Écrit par : Olivier | lundi, 30 juin 2008

Répondre à ce commentaire

Pourquoi répondre par une date à un imbécile qui ne sait même pas ce que signifie le mot diffamation d'un point de vue juridique et qui l'emploie comme un grand mot vide pour impressionner des gens qu'il estime aussi bêtes que lui ?

Écrit par : Dominique | lundi, 30 juin 2008

Répondre à ce commentaire

À vos rangs, fixe !
Repos...
C'est pour ça que j'ai tapé : «Si cela vous chante de jouer aux inquisiteurs, amusez-vous à fouiller dans les bouses de cette époque. Non meuh ! des fois...». Quant à l'utilisation du mot «diffamation» effectivement, cela m'a bien fait rigoler...
Mais je garde quand même sous le coude d'autres indices qui ne le mèneraient à nulle part si bon lui semblait de pousser plus avant la plaisanterie.
Rompez !

Écrit par : Olivier | lundi, 30 juin 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet