Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Dites soixante-trois fois soixante-trois ! | Page d'accueil | Lesbien entendu ? »

jeudi, 22 mai 2008

les pendeloques de l'avant-balosse

sarkobourrebercy.jpgL'examen prénuptial des humbles génitoires présidentielles.

 ... ou l'âme de Chichi, et les couilles de Sarko.
Que retenir du billet présent dans la mare au canards de M. de Khanaran-Chesnay du 21 mai 2008 ?
Lisons plutôt :

L'âme de Chirac
« Parce que vous comprenez Chirac, vous ? Il nous a quand même foutus dans une belle merde avec son histoire de référendum sur la Turquie, votre Chirac. Enfin paix à son âme... Enfin, son âme politique... Enfin, s'il en a une... » La trentaine de députés invités, le 6 mai, par le chef de l'Etat pour évoquer, à leur demande, l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne n'en sont toujours pas revenus.
Bon, jusque là, rien d'étonnant, vu la grande estime réciproque que se portent l'homme de grande taille, qui est un minus pour l'autre, lequel est un géant politique à ses propres yeux.
Mais avec :
« Sarkozy était surexcité, raconte l'un d'entre eux. Il nous a reçus sans cravate, nous apostrophant sans cesse, parlant de ses couilles... Je n'ai jamais vu cela. »,
là, nous atteignons un sommet de bienséance.
Témoins à décharge, Sébasto, ronflons, quincailles, balustrines, déshérités, précieuses, noix et autres joyeusetés -jusqu'alors bien contenus- en sont tombés sur le cul.
Pour autant, nous n'en sommes pas encore aux merveilleuses délices épectatiques du regretté Félix Faure, ni à la rubrique des escalades bucoliques dans les jardins élyséens de Paul Deschanel, mais cela promet, tout de même, pour la suite des réjouissances.

Commentaires

on dirait du Chirac jeune et ses remarques gracieuses (j'allais dire joyeuses) sur Mme Thatcher.
sujet du jour "pouvoir et libido"
je relève les copies dans deux heures.

Écrit par : dotsie | jeudi, 22 mai 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet