Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les un an ! Et pan ! | Page d'accueil | Quand une journaliste se grime de lèche-majesté »

mercredi, 07 mai 2008

Nom d'un chien, merde ! alors...

Dans son bulletin de propagande mensuel d'information, la ville de Châlagne-en-Champons se soucie des petits tracas quotidiens dont souffrent les paroissiens citoyens de la ville.
Ainsi ce titre au sujet des «incivilités» :
Incivilités : ces petits riens qui nous gâchent l'existence
Ainsi, en page 8 nous précise-t-on :
  • Déjections canines

La Ville de Châlagne-en-Champons met à la disposition des propriétaires de chiens des moyens pour éviter que les déjections canines ne viennent souiller nos espaces verts et nos trottoirs. Des canisites,[...], et plus de vingt distributeurs de sacs avec poignets ont été installés, dans tous les quartiers de la ville, pour leur permettre de laisser le chemin propre derrière leur compagnon. Deux autres règles s'imposent également. Tous les chiens, du rottweiller au caniche, doivent être tenus en laisse sur la voie publique et les maîtres doivent éviter au maximum les aboiements, y compris à l'intérieur des maisons ou des jardins.
canisac.jpg

A la force du poignet, je m'évertue à ne laisser aucune signature crottée de mon clébard -que déteste mon ami Dominique- avec ce que j'ai à ma disposition dans ma poche, car, toujours prévoyant, et sachant que les fameux distributeurs de sacs à merde sont vides (des distributeurs, ça, il y en a , ce n'est pas un problème, mais il ne sont jamais approvisionnés) j'ai toujours ce qu'il faut pour laisser le trottoir propre.
On a déjà vu des sacs -voir photo- dans les distributeurs, notamment avant les élections municipales. Depuis, ils se font plus rares. Et surtout, contrairement à ce que prétend la publicité municipale, on a beau chercher, il n'y a pas de poignets à ces fameux sacs. Les aurait-on mis sous le coude ?
J'aime bien aussi «et les maîtres doivent éviter au maximum les aboiements, y compris à l'intérieur des maisons ou des jardins». Il y avait bien, dans les rues de Châlagne-en-Champons, un individu qui, il y a déjà quelques années, à défaut d'aboiements, poussait des hurlements régulièrement dans les rues de la cité. Roger Canard avait écrit quelque chose à son sujet : «le lycanthrope». Mais l'homme-loup est mort et les hurlements ont totalement disparu.
Personnellement j'évite d'aboyer, et même de japper entre 22 heures et 8 heures du matin.

Commentaires

Les distributeurs en question portent un nom particulier, je n'ai pas retenu lequel, mais j'avais remarqué qu'il s'agissait d'une marque déposée : ce service est sous-traité à une entreprise privée qui ne fait pas le travail pour laquelle elle est rémunérée.

Écrit par : Dominique | mercredi, 07 mai 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet