Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le coq, la poule et le canard. | Page d'accueil | Bienvenue chez Nicolas Bouzou ! »

mardi, 15 avril 2008

Sans-OGM contre SAC et IMC

"Nous nous sommes mis d'accord sur une idée qui consisterait à sous-amender le texte qui est allé au Sénat en y ajoutant un alinéa", a dit Jean-François Copé lors d'un point presse. Les sénateurs UMP vont en effet stipuler que "la définition du sans-OGM se comprend nécessairement par rapport à la définition communautaire", selon Jean-François. Copé. Dans l'attente d'une définition du sans-OGM au niveau européen, "le seuil correspondant au sans-OGM sera fixé par voie réglementaire sur avis du Haut conseil des biotechnologies espèce par espèce", a expliqué le chef de file des députés UMP.

cope_1.jpg

Comme c'est beau tout cela. Et comme c'est bien dit!
On aura donc compris que l'absence d'OGM, c'est une teneur en OGM qui sera définie par un règlement.
Résumons : on appellera désormais organisme non génétiquement modifié tout organisme, génétiquement modifié, mais au sujet duquel une commission d'experts aura estimé que la modification génétique ne casse pas des briques et qui donne des récoltes, disons le mot, pourraves.
Et le seuil de la connerie ? Existe-t-il un seuil admissible de connerie  (SAC) dûment élaboré, calculé, mesuré, étalonné, calibré, authentifié, avalisé, homologué par un comité d'experts en connologie ?
Et dans ce cas, où situer Copé et tous les moutons sans-OGM UMP dans l'échelle de la CA (connerie admissible, à ne pas confondre avec l'intelligence modifiée par la connerie, IMC) ?

18:08 Écrit par boeufquipleure dans Dans la Mangeoire du Bœuf Blanc | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : copé, sans-ogm, ump, ogm |  Facebook |

Commentaires

Non, non, cela va plus loin. On pourra nier (par la vox populi) le caractère non OGM de toute culture non OGM qui n'aura pas reçu l'agrément officiel (ce n'est pas homologué, donc ce n'est pas plus naturel qu'un maïs Monsanto), et on pourra dire (toujours par la voix populaire) que n'importe quelle culture OGM est en fait sans OGM puisqu'il n'est pas spécifié explicitement qu'il n'y a pas d'OGM dedans. Il s'agit d'entretenir le doute le plus longtemps possible (chaque produit étant défini individuellement par un règlement propre) afin que le label sans-OGM n'existe pas vraiment. Cela peut prendre facilement vingt ou trente ans pour rédiger tous les règlements principaux. Le temps de faire passer les produits avec OGM comme normaux. C'est juste une course contre la montre. On se sert de l'ancien exemple des produits qualité bio qui ont pu lentement s'imposer, mais dont le label a été constamment ralenti et dont la nature bio a été souvent détournée par des produits sans rien de biologique. On va pouvoir faire encore plus lent et plus confus...

Écrit par : Dominique | mercredi, 16 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Une vidéo à regarder. Dommage que le commentaire de Méhaignerie ne soit pas audible. Il semblait furibard, le Pierrot !
http://www.bakchich.info/article3338.html

Écrit par : Olivier | samedi, 19 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet