Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Salon de l'agriculture : le quidam était vraiment con ! | Page d'accueil | Si la photo est bonne... »

lundi, 03 mars 2008

Les dessous chics sentaient-ils la crevette ?

paru sur Marianne2.fr
commentaire n° 465 posté le 03/03/2008 à 12:16 corrigé

Les boîtes à ordures de la télé poubelle

Cette histoire au sujet des délires verbaux de Marion Cotillard m'a immédiatement conduit à me poser la question suivante :
- pourquoi met-on en ligne cette information -alors qu'elle était connue de ses détenteurs- juste au moment où l'actrice est récompensée de façon unanime des deux côtés de l'Atlantique, pour son interprétation réellement remarquable dans le film retraçant la vie d'Edith Piaf ?
La première réponse qui m'est venue à l'esprit est qu'on avait précieusement mis de côté le contenu d'une poubelle, pour le déverser publiquement au bon moment, quand ça ferait mal.
Après avoir parcouru le texte de la retranscription de ses propos, on peu légitimement penser que les lesdits propos sont passablement immotivés, irréfléchis, voire incohérents.
Cependant, il faut bien se rappeler que, selon un rituel désormais bien rôdé, on demande à un peu tout le monde de parler de tout et de n'importe quoi. Il ne fait aucun doute que, manifestement, le talent principal de Marion Cotillard, qui est, avant toute chose, de jouer au mieux la comédie, ne saurait être comparé à celui d'un Michel Onfray, d'un Alain Finkielkraut ou d'un Alain de Benoist, pour faire volontairement très large, discourant de faits de société.
Bien sûr, on est en droit de penser que Marion Cotillard a puisé la substance de la malheureuse prestation dans des parutions concernant le dossier contestant les thèses officielles relatives aux attentats du 11 septembre 2001. Les ayant consultées moi-même, je suppose que bien des gens ont pu se forger des convictions plus ou moins discutables, et même parfois des certitudes qui peuvent, comme en cette occurrence, se révéler particulièrement catastrophiques.
Il est évident que ce qu'on a coutume de nommer «thèse officielle» comporte, et c'est un euphémisme, des zones d'ombre et même des absurdités.
Pour autant, la réfutation, ou plutôt les réfutations, si elles proposent quelquefois de bonnes questions, souvent se discréditent par leurs interprétations hasardeuses ou délirantes.
Peut-on en vouloir à Marion Cotillard d'avoir peu ou prou cru à des excès interprétatifs ?

Expérience :
Un ami italien, étudiant en journalisme, me confie – c'était l'an passé- qu'il avait vu à la télé un documentaire prouvant que les Etasuniens n'avait jamais posé le pied sur la lune. Stupéfaction de ma part ! Je lui propose de m'expliquer le contenu de ce documentaire, ce qu'il fait de façon détaillée. Pourtant, je reste sceptique... et lui convaincu.
1059617446.jpgQuelque temps après, je recherche ce fameux documentaire : je découvre qu'il s'agissait du film de William Karel, qui tend à démontrer, quasiment de bout en bout, par une foule de témoignages et de preuves «irréfutables» que les Zaméricains n'ont pas mis le pied sur la lune. Mais dans les toutes dernières minutes, l'auteur nous dévoile une série de supercheries utilisées dans ce documentaire, faisant apparaître la vraie nature du canular. Tout était faux... dans le film !
Eh bien ! Imaginons un instant mon pote italien -qui avait justement manqué les dernières minutes- interrogé à la télé au sujet de la réalité du premier pas de l'homme sur la lune : on peut se douter qu'on visionnerait aujourd'hui une réaction apparemment délirante, qui ne manquerait pas d'être abondamment commentée, même dans 20 ans, s'il devenait un chroniqueur connu et respecté de la presse transalpine.
Alors, on pardonnera la merveilleuse actrice de s'être laissée aller à jouer un soir le rôle d'une péronnelle un peu abusée, et moquons-nous, même modérément, de l'éboueur télévisuel qui a cru intelligent d'ainsi faire le malin en exhibant au monde une manière de culotte de petite fille qui se néglige...

14:07 Écrit par boeufquipleure dans Au Fond de l'Etable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marion cotillard |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.

 
Tweet