Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 avril 2012

Sarkozyyyyyyy… Oh oui ! ( Sommet de l'espoir )

Les BravesAuditeurs de l'émission du 23 avril sur Radio BravePatrie ont eu l'honneur et l'avantage d'entendre et d'apprécier l'interprétation énergique et redoutable de mon ami Le délateur Anonyme ( @delateuranonyme sur Tweeter ). Pour ceux dont l'ouïe aurait été prise quelque peu en défaut, les paroles de l'ode au nouveau phare de l'Occident vous sont livrées ci-dessous sans majoration de votre abonnement groupé BravePatrie.com-Leboeufquipleure.info…

Paroles : @LeProf_Higgins
Refrain et Musique @delateuranonyme

Le feu a rejailli du sol de la patrie
Des urnes insonores la vérité surgit
Et le score obtenu par notre président
Fera de lui le phare du nouvel Occident

L'humble score établi lors de ce premier tour
S'enflera hardiment pour le soir du grand jour
Car la France qui l'aime même modestement
Ne peut remettre en place que ce grand gouvernant

Sarkozyyyyyy  Oh oui
De tous nos présidents C'est bien toi le plus grand
Sarkozyyyyy  Oh oui
De tous les candidats C'est toi dont j'suis baba…


On sait bien qu'il fit taire pour toujours le bédouin
Qui vint tel en un piège ici planter sa tente
Et montrant à Poutine sa force menaçante
De Géorgie fit fuir, lui brûlant le pourpoint

Nul en la vieille Europe à l'égaler ne songe
Tous en chœur ils réclament que son mandat prolonge
C'est l'égal par sa force et son cran débordant
En noble Maison Blanche du hâlé résident

refrain

Il a œuvré d'abord pour le commun salut
Sauvé le revenu de nos vieux pensionnés
C'est le seul qui saura, face à des farfelus
Redresser le pays et bien le gouverner

C'est pourquoi le 6 mai du fin fond de nos urnes
Personne ne viendra plus pour lui casser les pieds
Largement réélu sans chausser les cothurnes
On saluera bien bas le divin contrepied

refrain

L'espoir est revenu nous marchons dans ses pas
Une seconde fois il sauvera la France
Alors dans deux semaines, donnons à Nicolas
Son bâton d'maréchal sa suprême expectance…

refrain

mardi, 03 avril 2012

Pour En Finir Avec Jean-Luc Mélenchon

Pour en finir une bonne fois pour toutes avec Jean-Luc Mélenchon.
Le Figaro, publication de centre-gauche, tendance opus dei, émet quelques réserves quant à un soutien inconditionnel à apporter, de la part de ses lecteurs, au candidat bolchevique Jean-Luc Mélenchon, dont le pedigree ne serait pas, selon son enquête impartiale, aussi impeccable que celui du candidat-président-sortable d'origine magyare, de l'Avignonnaise papale Mireille Mathieu ou encore de l'abbé Philippe Laguérie et des fidèles de Saint-Nicolas du Chardonnet.
Le Bœuf qui Pleure, après une longue et minutieuse enquête a pu établir une liste de caractéristiques concernant  ledit Jean-Luc Mélenchon, afin que chacun des fidèles  de l'abbé Dassault puisse, en toute connaissance de cause, choisir le candidat Sarkozy le meilleur candidat au prochain scrutin présidentiel :
Jean-Luc Mélenchon veut taxer les tirelires des enfants de moins de douze ans.
Jean-Luc Mélenchon n'est pas un fan de Didier Barbelivien.
Jean-Luc Mélenchon ne prononce jamais ses discours en latin, et il y a même une meuf qui gesticule inutilement et fait parfois des doigts d'honneur dans le coin droit de l'écran de la télé quand il cause, et que ça se voit…
Jean-Luc Mélenchon a prévu de prendre 75% de la retraite des petits vieux touchant plus de 100 euros par mois, pour sa consommation personnelle de coke.
Jean-Luc Mélenchon se relève la nuit pour boire en loucedé qui gros rouge qui tache.
Jean-Luc Mélenchon pense que l'affaissement des Nippons nuira à l'extension de la Chine.
Jean-Luc Mélenchon a fait partie de la section française de la bande à Baader.
Jean-Luc Mélenchon a participé aux ébats licencieux de l'affaire du Carlton.
Jean-Luc Mélenchon se masturbe frénétiquement en lisant le petit livre rouge dans les toilettes.
Jean-Luc Mélenchon veut propager la vérole dans les écoles confessionnelles catholiques.
Jean-Luc Mélenchon mange ses crottes de nez au feu rouge.
Jean-Luc Mélenchon a participé lui-même aux tortures infligées au peuple cambodgien sous le régime de Pol Pot.
Jean-Luc Mélenchon est un éjaculateur précoce.
Jean-Luc Mélenchon refoule du goulot.
Jean-Luc Mélenchon a fait les poches de Mme Bettencourt sans lui demander la permission.
Jean-Luc Mélenchon a déjà critiqué Nicolas Sarkozy.
Jean-Luc Mélenchon n'est pas allé à la messe depuis des décennies.
Il arrive à Jean-Luc Mélenchon de dire zut ! et crotte ! quand les caméras sont arrêtées et les micros fermés.
Jean-Luc Mélenchon n'écoute pas Mille Colombes…
Jean-Luc Mélenchon a des amis gays.
Jean-Luc Mélenchon n'a peut-être pas tous ses diplômes, allez savoir.
Jean-Luc Mélenchon a un caractère de cochon : ce n'est ni halal, ni cachère…
Jean-Luc Mélenchon piquait les chocorems de ses camarades au goûter.
Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-américain qu'il préfère parler espagnol avec des Britanniques.
Jean-Luc Mélenchon a sur lui la facture du paquet de farine ayant servi pour l'attentat minotier contre François Hollande.
Jean-Luc Mélenchon mange des petits enfants au petit déjeuner.
Jean-Luc Mélenchon connaît les paroles de l'Internationale.
Jean-Luc Mélenchon dessine des moustaches sur les photos de Carla Bruni.
« Jean-Luc Mélenchon » est un gros mot.
Et donc, en définitive,

Jean-Luc Mélenchon est tellement anti-européen qu'il ne votera même pas Hollande au 2e tour…

samedi, 16 juillet 2011

Croisée de Chemins

En authentique descendant de Simon IV de Montfort ( si, si, c'est vrai…) je vous le dis : nous sommes à la croisée des chemins, où l'on verra bientôt, dans ce beau pays qui trace ses frontières, la différence entre ceux qui savent honorer les vraies valeurs de cette France éternelle, maurrassienne, barrésienne et sarkozique, et ces cohortes étrangères venues disséminer un sang malsain, impur et nauséabond.
L'étrangère aux bésicles cramoisies voudrait ainsi faire table rase de cette si magique parade militaire que le monde entier nous envie, à commencer par la Russie et la Chine, qui, malgré des efforts colossaux, n'ont jamais réussi à égaler en puissance, en élégance et souplesse nos valeureux chasseurs alpins portant noblement tarte en cap, les trompettes de cavalerie soufflées par les gardes républicains, les magnifiques panaches de fumée tricolore disséminés par les précieux Rafale du bienfaiteur de l'humanité M. Dassault, les invincibles chars Leclerc, nos valeureux housars de la garde, nos acharnés sapeurs et redoutables commandos de parachutistes.
Et voilà que, descendant d'un improbable Drakkar, une obscure Norvégienne ayant récemment opté pour la religion écologiste propose d'atomiser ce noble et vigoureux cortège de tradition pluricentenaire aux fins de l'échanger contre un vulgaire baril d'improbable « défilé citoyen », notion engendrée par un cerveau manifestement dérangé, à moins que ce ne soit, surabondamment, la preuve d'une volonté délibérée de tentative de déstabilisation de notre système politique universellement et jalousement envié.
Dans un accort élan de générosité,le député UMP Lionel Tardy a prudemment conseillé à Mme Eva Joly de filer dare-dare vers la Norvège, du fait de son incapacité rédhibitoire à prendre la mesure des coutumes et us de notre France radieuse, tolérante et généreuse nation catholique, apostolique et UMP.

Comment ne pas s'engager dans le sillon que nous trace le visionnaire député Tardy afin de bouter l'illégitime scandinave hors notre territoire ?
La patrie est en danger, ne baissons pas les armes
À bas la hyène norvégienne… Soutenons dans sa croisade le député Tardy !

mercredi, 07 juillet 2010

La Tentation fasciste de M. Plenel

M.François Polichinelle Baroin de La Roque est le fringant bourgmestre d'une préfecture de la Champagne méridionale. Il exerce aussi, avec responsabilité et courage, malgré l'adversité conjoncturelle, la charge de Grand intendant au Budget.
M. de La Roque -dont la connaissance notoire exerce ses talents artistiques de ci de là, mais a choisi, pour des raisons pratiques, de déclarer sa résidence fiscale aux États-Unis- a rappelé mardi après-midi, avec fermeté le sens du devoir et de l'honneur à la frange senestre de la représentation nationale, qui, à l'occasion des questions orales de la séance récréative du mardi, s'est évertuée à relayer d'une manière totalement irresponsable les bruits colportés par une obscure officine pseudo-journalistique déversant un flot de prétendues révélations concernant des versement de sommes plus ou moins importantes provenant du patrimoine personnel de Mme Liliane Bettencourt, à destination de certaines personnalités de la majorité présidentielle.
M. Jean-Marc Ayrault, porte parole des députés socialisses, s'est plaint que l'exécutif et l'UMP s'opposent à la création d'une commission d'enquête sur l'affaire Woerth-Bettencourt avant le 14 juillet et proposaient néanmoins d'une manière magnanime son report au mois de septembre, ce qui est tout de même faire grand cas d'une histoire aussi abracadabrante  et montée de toutes pièces.
Point besoin n'existe de rappeler que ces horreurs, répandues par le truchement d'outils malfaisants de colportage électronique, et appelés blogs ou tweets, ne s'appuient que sur la médisance, le ragot, la calomnie, la volonté manifeste de nuire et de salir la réputation sans tache d'un homme au-dessus de tout soupçon, puisqu'il a, il n'est pas inutile de le rappeler, été choisi par le chef de l'état pour remplir les fonctions de trésorier de l'UMP, parti officiel de la République Française, et ministre du budget de la même République Française, une et indivisible. C'est donc en l'espèce, et personne ne saurait en douter, une atteinte à la personne du chef de l'état, par l'intermédiaire de charges imaginaires diffamatoires et ignominieuses que ces réseaux anonymes veulent faire peser sur M. Wœrth.
Pour corroborer les propos fermes, mais mesurés, de M. de Laroque, M. Xavier Bertrand, est allé un peu plus loin en poussant, comme à l'accoutumée, une analyse marquée par son esprit de finesse légendaire, pointant fort justement la dérive fasciste de la coupable industrie hourdie par MM. Edwy Plenel et consorts : «Quand certains médias notamment un site qui utilise des méthodes fascistes à partir d'écoutes qui sont totalement illégales […] mais dans quel monde on est, dans quel monde on est!». Saluons la retenue du secrétaire général de 'UMP qui s'est abstenu de commenter la décision de la présidente du tribunal de Nanterre d'ordonner un supplément d'enquête au sujet des écoutes -obtenues frauduleusement- concernant les conversations privées de Mme Bettencourt et de son avocat M. Philippe de Maistre.
En effet, seule une magistrate profondément déséquilibrée psychologiquement était capable de rendre un tel avis, et dans sa grande sagesse, M. Bertrand s'est abstenu de jeter de l'huile sur le feu au sujet de ce magistrat dont le sort sera, grâce à Dieu et à notre Président, rapidement scellé grâce à la promptitude du brillant juge Courroye, dont on saluera l'esprit d'indépendance, de rigueur et d'impartialité.
Rappelons qu'au besoin, M. Jean-Claude Marin pourrait mettre tout le monde d'accord en stoppant définitivement cette plaisanterie de mauvais goût…

samedi, 29 mai 2010

La Gueule Des Autres

Un petit pas pour la justice, un grand bond pour l'humanité.
Jean-Louis Bory, quoique sodomite notoire, avait sa définition de la pornographie : l'érotisme des autres.
Pour la justice, il devrait bien exister une phormule du même tonneau…
Le «procureur Maillard» choisit toujours  son camp avec le plus grand soin. Le «procureur Maillard», officiant lors du procès de cet honnête et brave commerçant poursuivi pour un geste un peu malheureux alors qu'il avait eu l'opportunité d'accélérer, avec mesure et pondération, le cours de la justice, a choisi le camp de l'ordre, des gens biens et des valeurs de l'Occident.
Affiche_la_tete_des_autres.pngUn monte-en-l'air, à l'œil injecté de sang, au sourcil de type pas-d'ici-mais-plutôt-d'ailleurs, avait pénétré dans le domicile de notre sympathique prévenu, en compagnie de deux comparses, et cela dans le but d'y effectuer un prélevement objectal estimé d'intensité 6 sur l'échelle ouverte de Mahl-Fetter.
Ennuyés durant leur malhonnête labeur, les monte-en-l'air furent surpris par le propriétaire des lieux qui estima au jugé que cette intrusion n'était pas du meilleur goût. Mais l'un des pieds nickelés braqua soudain le bout du canon de son arme de poing en direction du crâne du taulier. Mauvais genre, mauvais jugement…
Face à un tel outrage, et décuplant soudainement ses forces, le brave commerçant réussit à s'emparer de l'arme avant d'en faire immédiatement usage sur ses voleurs. L'un d'eux, qui avait eu la couardise de lui tourner le dos et de s'enfuir, s'écroula, frappé par les projectiles délivrés fort opportunément par le maître des lieux.
Un juge rouge, dont la réputation de mansuétude à l'endroit des forbans dépasse nos frontières, avait eu le culot de renvoyer cet homme accablé par l'atteinte aux biens qu'il venait de subir, devant les assises, pour homicide volontaire, alors que courageusement, le parquet de Créteil avait, avec un grand sens des responsabilités, fait appel de cette décision. 
Notre brave président, ministre de l'intérieur à l'époque de l'incident, avait eu, avec toute la profondeur d'âme qu'on lui connaît, «du mal à admettre qu’un honnête homme, agressé chez lui, menacé de mort avec une arme et craignant pour la vie de son épouse, soit en retour mis en examen pour homicide volontaire».
On le comprend. Aussi, les braves juges qui ont eu à trancher le cas de cet homme désespéré, ont suivi les réquisitions du «procureur Maillard» et se sont fort justement inspirés du bon sens présidentiel. Ils ont estimé la riposte du commerçant juste et proportionnée, étant en état de légitime défense.
Le droit de tuer avec l'onction présidentielle est enfin homologué par les tribunaux.
Ainsi soit-il.

mercredi, 26 mai 2010

L'attentat de José de Beauvais

C'est avec stupeur que nous avons pris connaissance de l'horrible attentat perpétré hier à Beauvais sur la personne de notre bien aimé brave Président. Délaissant là pour l'occasion sceptre et couronne, il s'était enfui, ce matin-là -quasi incognito- en sorte de s'éloigner un brin de sa turpitude quotidienne, pour prendre un bain de foule dans une contrée picarde d'ordinaire tenue de manière ferme et efficace par le fermier général Bertrand.
La chose allait à bien grâce aux bon soins de l'escorte braveprésidentielle, et, alors que notre bon souverain consentait à serrer nonchalamment quelques collégiennes mains en la cour d'un établissement scolaire se trouvant là par le plus grand des hasards, survint, l'espace d'un instant, un épisode qui aurait pu être horriblement tragique.
Surgissant du fin fond de la foule massée pour acclamer le symbole du renouveau planétaire, on vit, l'espace d'un instant, un juvénile maure aux allures simiesques sauter au dessus du public massé là, et projeter une manière de cocktail Molotov en direction du cortège où s'avançaient, par ordre de dignité, les cardinaux, les archevêques, puis les évêques…
Le flacon passa si près que le garde du corps braveprésidentiel ne put que le détourner du revers de son veston, alors que le président, qui avait immédiatement perçu l'ampleur du péril, dans un éclair de rapidité que les caméras furent incapables de capter, s'empara de la bombe artisanale et la désamorça en un clin d'œil.



L'émule de Lee Harvey Oswald, un certain José-Ousmane Bamboula-Bamboula, dont nous masquons ici le nom par souci de confidentialité, a rapidement été capturé par les forces d'assaut antiterroristes et placé en garde à vue dans le but d'être interrogé avec le tact, l'humanité et la coercition qui s'imposent. Les habituelles mesures conservatoires furent enclenchées sans délai : suppression des allocations familiales pour une durée de douze ans,  mise sous séquestre des biens et reconduite à la frontière des parents indignes. Par ailleurs de nombreux fûts ont été installés dans l'appartement familial de l'apprenti-terroriste, récipents qui ont été sur l'heure remplis de béton à prise rapide.
La France respire : son guide suprême est toujours là pour veiller à la sécurité de ses proches. Ainsi qu'à l'occasion des plus grands moments historiques, c'est dans l'adversité qu'on mesure la capacité exceptionnelle des plus hommes d'exception à déjouer les plus vils traquenards, comme il lui avait été donné de détourner l'ignoble attaque déloyale du terroriste Godin :